“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • DE LA CRECHE A WAUQUIEZ
  • 5 janvier 2017,
    par Guy Cure
  • Une lecture classique donne à voir la joie des humbles dans l’adoration des bergers. Pour la première fois, une philosophie s’adresse aux esclaves et aux femmes comme à tous les humains. L’universalité du message est renforcée par l’adoration des rois (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • ça commence plutôt mal
  • 5 janvier 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La loi travail est entrée en vigueur le 1er janvier. Les étrennes d’El Khomri et de toute la lyre aux patrons, en quelque sorte. Je ne redirai pas (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Janvier > N1424 > Une mesure utile, mais le compte n’y est pas

Extension du tiers payant

Une mesure utile, mais le compte n’y est pas

jeudi 5 janvier 2017 , 339 : visites , par LDA

Utile, le tiers payant, même généralisé, ne règle pas la situation du renoncement aux soins qui concerne près de 30% de la population et près de la moitié des étudiants. Une situation inacceptable.

durée) et aux femmes enceintes est une des dispositions « phares » de la loi Touraine, en application depuis le 1er janvier 2017, la généralisation étant annoncée pour le 1er septembre. Mais est regrettable sa conception de manière indissociable avec l’obligation d’adhérer à une complémentaire santé. La droite tente d’ailleurs une récupération politique des mouvements de grève ou de boycott d’une partie des médecins d’exercice dit libéral. Il est réel que la mise en oeuvre du tiers payant, c’est-à-dire de la possibilité de ne pas faire l’avance des frais, est génératrice d’une surcharge de travail administratif. Il y a environ 600 structures, dites complémentaires, dans le pays. Vérifier que les droits du patient- e sont ouverts, solliciter les complémentaires pour le remboursement des frais est bien une tâche administrative réelle. Le Conseil constitutionnel l’a d’ailleurs rendue facultative. La généralisation est aussi génératrice de frais de fonctionnement évalués à environ 3,50 € par consultation. C’est pour cela que le mouvement des centres de santé demande une prise en charge de ces frais. Pourquoi le gouvernement renonce-t-il à répondre à cette demande ? Mais, le tiers-payant est une mesure très utile pour favoriser l’accès aux soins. L’expérience des centres de santé le démontre ainsi que celle des hôpitaux publics. Les communistes défendent cette mesure dans la mesure où elle sera organisée de manière efficace, universelle, avec les moyens nécessaires et qu’elle se situera dans une politique générale. Pour que le remboursement soit supérieur à celui de la Sécurité sociale, il faut bénéficier d’une assurance complémentaire. Hors, depuis des années, il y a un phénomène très sensible de désaffiliation des complémentaires santé pour cause de difficultés financières. Pour tous ces patient-e-s là, le tiers payant n’aura qu’un effet très limité.

Pour les autres, le tiers payant est une incitation très pressante à prendre une complémentaire. C’est un vrai coup de pouce indirect au monde assuranciel, plutôt qu’une promotion d’un système de Sécurité sociale solidaire. Le Parti communiste est pour une Sécurité sociale qui rembourse à 100% les soins prescrits, afin d’agir concrètement contre le renoncement aux soins, qui touche actuellement près d’un tiers de la population et plus de la moitié des jeunes étudiants. Et bien entendu, dans les soins prescrits, sont englobés la consultation du généraliste et l’ensemble des prescriptions touchant la lunetterie, le dentaire, etc. Derrière cette question du tiers payant, il y a une opération médiatique. Le terme de tiers payant est souvent entendu comme une suppression de l’avance de tous les frais, comme une forme de “médecine gratuite”. Or en l’état, il n’en est rien.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|