“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • DE LA CRECHE A WAUQUIEZ
  • 5 janvier 2017,
    par Guy Cure
  • Une lecture classique donne à voir la joie des humbles dans l’adoration des bergers. Pour la première fois, une philosophie s’adresse aux esclaves et aux femmes comme à tous les humains. L’universalité du message est renforcée par l’adoration des rois (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • ça commence plutôt mal
  • 5 janvier 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La loi travail est entrée en vigueur le 1er janvier. Les étrennes d’El Khomri et de toute la lyre aux patrons, en quelque sorte. Je ne redirai pas (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Janvier > N1424 > ça commence plutôt mal

ça commence plutôt mal

jeudi 5 janvier 2017 , 50 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

La loi travail est entrée en vigueur le 1er janvier. Les étrennes d’El Khomri et de toute la lyre aux patrons, en quelque sorte. Je ne redirai pas ici tout le mal que nous sommes des millions dans le pays à penser de cette loi scélérate - et à le dire -, ni comment Valls utilisa le 49-3 (après l’avoir dégainé trois fois en 2015 pour la loi Macron), qu’il prétend maintenant vouloir supprimer.
La presse vantait dernièrement un « nouveau droit », institué par cette loi : le « droit à la déconnexion ». C’est quoi t’est-ce ? Le salarié peut ne pas répondre aux appels, SMS, mails professionnels en dehors des heures de boulot. En théorie. Car les « modalités de plein exercice de ce droit » (qui ne concerne que les boîtes de 50 salariés et plus) doivent être discutées avec l’employeur. En gros, il faudra négocier à quels moments le patron pourra, malgré tout, continuer de vous pourrir la vie à toute heure.
Ce « droit » ne fait qu’entériner ce que la jurisprudence reconnaît déjà depuis un certain temps. On va vu mieux en matière de progrès social. Et la loi El Khomri ne fixe aucune norme ni ne prévoit de sanction pour les patrons rétifs aux “déconnexions”. Bref, une pincée de poudre de perlimpinpin sur une tambouille faisandée.
Sans rapport (un peu tout de même), Lakshmi Mittal a vu, en 2016, son bas de laine gonfler de 4,9 à 14,3 milliards $. L’action ArcelorMittal, dont les hauts-fourneaux rouillent à Florange, a “rebondi” de 140%. Mais il faudrait avoir l’esprit bien mal tourné pour prétendre qu’il s’agissait là de licenciements boursiers !

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|