“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

L'Humeur
  • DE LA CRECHE A WAUQUIEZ
  • 5 janvier 2017,
    par Guy Cure
  • Une lecture classique donne à voir la joie des humbles dans l’adoration des bergers. Pour la première fois, une philosophie s’adresse aux esclaves et aux femmes comme à tous les humains. L’universalité du message est renforcée par l’adoration des rois (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • ça commence plutôt mal
  • 5 janvier 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La loi travail est entrée en vigueur le 1er janvier. Les étrennes d’El Khomri et de toute la lyre aux patrons, en quelque sorte. Je ne redirai pas (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Janvier > N1424 > 4,6 millions de salariés sont appelés aux urnes jusqu’au 13 janvier.

4,6 millions de salariés sont appelés aux urnes jusqu’au 13 janvier.

jeudi 5 janvier 2017 , 266 : visites

On est loin du battage médiatique qui sature l’espace public pour les “primaires”. Pourtant, près de 4,6 millions de salariés sont appelés aux urnes jusqu’au 13 janvier.
Ce sont ceux des TPE, ce continent invisible de travailleurs trop souvent livrés à eux-mêmes, avec peu de moyens pour se défendre. Pour la deuxième fois, ils ont l’occasion de faire entendre leur voix en choisissant un syndicat pour les conseiller et les défendre au cours des quatre prochaines années. Cette élection d’une importance cruciale, la ministre du Travail n’aura pas ménagé ses efforts pour la faire capoter, de report en communication minimale, bien loin des beaux discours présidentiels sur la démocratie sociale. Pourtant, celle-ci devrait être au coeur du débat politique de l’année qui s’ouvre, avec deux échéances électorales cruciales.
L’inquiétante crise démocratique que nous traversons résulte précisément de l’incapacité du politique à peser sur l’économie, du renoncement à conquérir de nouveaux pouvoirs dans les entreprises, du refus de s’attaquer à ce qui structure le travail et le quotidien de millions de personnes.
On peut accabler les abstentionnistes, mais le problème est bien plus complexe. À quoi bon voter quand notre souveraineté est balayée au profit de mécanismes de marché anonymes, quand les espoirs déposés dans l’urne sont piétinnés ? C’est la question que se posent de nombreux citoyens, et pas les plus désintéressés de la vie politique. Or, ce sont eux qui seront tentés cette année de bouder les urnes.
C’est ce piège qu’il va falloir déjouer. Un défi d’ampleur pour les communistes et l’ensemble des progressistes, qui devront s’entendre pour dessiner un horizon de conquêtes, apte à redonner le goût du vote.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|