“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Dixit
  • 29 décembre 2016,
    par Malicette
  • Je vous ai parlé l’autre jour de laïcité, système qui est inséparable du mot démocratie, dixit Jean Jaurès. Ce terme de démocratie exige que soit appliquée la formule républicaine : liberté, égalité, fraternité. Elle ne l’est pas. C’est l’inégalité qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Quand le maire devient ridicule
  • 29 décembre 2016
  • À chaque fois qu’il est en difficulté, le maire de Romilly-sur-Seine brandit la SACVIR comme un épouvantail. Mais en réalité, combien pèse la dette (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Décembre > N1423 > C’est noël pour les banquiers français

Capital

C’est noël pour les banquiers français

jeudi 29 décembre 2016 , 356 : visites , par Rémi

Les banques françaises augmentent au 1er janvier les tarifs de leurs “services”. Malgré les milliards d’argent public, les licenciements massifs... les marges baissent. Les “clients” vont payer cher pour utiliser... leur argent !
Le Père Noël est passé pour les banques. Ce sont les déposants et utilisateurs de leurs comptes qui vont payer la note. Les marges des établissements financiers diminuent. Elles sont encore plus que confortables, rassurez-vous, mais elles baissent. La faute aux taux d’intérêts qui sont eux aussi à la baisse. Pas de ça, Lisette, disent les financiers qui ont oublié qu’ils sont à l’origine du krach de l’automne 2008, précédé en 2007 par la “crise des subprimes” ; crise mondiale que payent toujours aujourd’hui les peuples - les 99% - sous la férule du FMI et autres troïkas, qui les saignent par le biais des politiques d’austérité, qu’appliquent avec zèle les gouvernements libéraux et sociaux-libéraux. Le secteur bancaire se “restructure”, nous dit la presse économique. Et cela a commencé par des licenciements massifs et des fermetures d’agences. Plusieurs milliers depuis 2008 à la Société Générale, par exemple, à quoi s’ajoute le non-remplacement annoncé de 3 000 départs à la retraite et la fermeture de 400 agences, d’ici 2018, sur les 2 221 que compte cet organisme. Ils sont tous sur la même longueur d’onde. L’agence Bloomberg a avancé récemment le chiffre de 600 000 emplois supprimés dans le monde depuis 2008. Outre-Rhin, la Deutsche Bank annonce un plan d’économies de 4,7 milliards d’euros et 26 000 licenciements d’ici 2018 ; le “modèle allemand”. Et pas un mot, de la part de tout ce beau monde, des milliards d’argent public injectés pour leur sauver la mise au plus fort de la crise dont ils sont responsables. Argent, avait assuré Sarkozy, prêté et... remboursable. Encore une arnaque. Et le CICE de François Hollande, qui a bien reconstitué les sacro-saintes marges mais a accouché d’un souriceau en termes d’emplois (160 000 vient d’assurer le président du Medef. À voir.)

Bref, malgré les fonds publics, les paradis fiscaux où elles prolifèrent, l’optimisation fiscale et la casse sociale, ça le faisait pas encore assez pour nos financiers. Ils ont retrouvé le sourire. Et c’est monsieur Lambda et madame Sygma qui vont mettre la main à la poche. La Banque Postale, qui se dit “publique” dans sa com’, n’y va pas de main morte. + 93,6% sur les frais de tenue de compte, +100% sur les retraits aux distributeurs d’autres banques... Hausse sur la facturation des cartes bleues. Les banques qui font du fric avec nos salaires, retraites et autres revenus, vont faire payer très cher celles et ceux qui voudront disposer de leur propre argent. Un comble ! En moyenne, la hausse des tarifs annoncée sur les différents services, toutes banques confondues, sera de 13%. En plus des augmentations pratiquées par certaines depuis 2015. Autre sauveur des banques, le « Big Data » (traitement informatique des volumes massifs de données) qui a diminué par cinq, a applaudi Bloomberg, l’échange de bons du trésor US. Le Smicard appréciera.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|