“Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.” Louise MICHEL

Le dessin

23 décembre 2016
L'Humeur
  • Recyclage
  • 23 décembre 2016,
    par Guy Cure
  • Pour monter au cocotier, il faut avoir un pagne propre (proverbe bantou). Drôles de défilés, ces préparatifs d’élection présidentielle. Des chevaux de retour qui se sont partagé les postes gouvernementaux paradent et se prétendent les mieux placés pour (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Coup de pouce, coup de pied...
  • 23 décembre 2016,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • 0,93, même pas 1%. Plus aurait causé « un risque de déstabilisation à partir d’une situation encore fragile ». Myriam El Khomri, après avoir un temps (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Décembre > N1422 > Un élu socialiste de Saint-André manigance et se fait élire avec les seules (...)

Grand Troyes : Jean-Pierre Cornevin écarté de la Communauté d’agglomérations

Un élu socialiste de Saint-André manigance et se fait élire avec les seules voix de droite !

vendredi 23 décembre 2016 , 428 : visites , par LDA

Nul doute que l’élection de Jean-Pierre Cornevin dans cette assemblée, qui va compter désormais 81 communes et 136 délégués d’agglomérations, aurait permis de renforcer les quelques voix, bien peu nombreuses, qui tentent de faire entendre une tonalité différente que celles qui justifient inlassablement les politiques d’austérité contre la population.
À la demande de Jean-Pierre Cornevin, le maire de Saint-André-les-Vergers ayant accepté de laisser un des deux nouveaux sièges à son opposition, la désignation au sein du conseil municipal de l’élu communiste ne devait pas poser de problème, puisque ses deux collègues de l’opposition avaient souhaité que ce soit lui qui soit désigné pour siéger au Grand Troyes.
C’était sans compter sur un Philippe Déon (PS) prêt à toutes les manigances avec la droite pour se faire élire. Ce dernier a obtenu trois voix (la sienne et deux de droite). Jean-Pierre Cornevin obtenant les trois voix de la gauche. Le siège est allé au plus âgé. Pour le conseiller municipal communiste, la méthode dont a usé Philippe Déon pour obtenir les deux voix de droite est profondément immorale : « Il y a quelques semaines, Philippe Déon a jugé bon de m’indiquer que mon discours contre le voeu FN, “Saint-André commune anti migrants” avait dérangé des élus de droite ; qu’ils lui avaient demandé de se présenter contre moi, et qu’ils voteraient pour lui afin de me faire barrage. Il y avait bien longtemps que la gauche n’avait pas réussi une telle initiative. Mon intervention avait été applaudie par la salle où étaient brandies de nombreuses pancartes Liberté, Égalité, Fraternité, pendant que le F-Haine vomissait sa haine. Je rappelle la une de la presse locale : le FN repart tête basse ! N’importe quel militant de gauche, sincère, aurait remis ces élus de droite à leur place. Qu’a fait Philippe Déon, alors que les bombes meurtrières tombaient sur Alep ? Il a été dans leur sens, voyant là la possibilité d’exploiter de façon méprisable cet événement tragique pour son propre intérêt. »
Il semble également que Philippe Déon se sente sur la même longueur d’onde que ses nouveaux amis politiques puisqu’il a, dans la foulée, voté avec la majorité de droite. Et pas sur n’importe quel dossier. La gestion publique de l’eau, une des principales propositions du programme de la liste de gauche aux municipales... dont il était le chef de file ! Et cela, alors même que la société Lyonnaise des eaux a, durant le dernier contrat d’affermage, augmenté le prix de l’eau à Saint-André de 30% et que la ville de Troyes a décidé de se mettre elle-même en régie publique à partir du 1er janvier 2017 avec le Syndicat départemental des eaux (SDDEA). À l’issue du conseil municipal, devant un maire, apparemment, très surpris du résultat, Jean-Pierre Cornevin a notamment déclaré : « C’est ce type de comportement, d’un opportunisme détestable qui fait que des millions de Françaises et de Français se détournent de la politique et s’abstiennent. » Reste à savoir si la fédération de l’Aube du Parti socialiste va cautionner le comportement de cet élu.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|