“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

Le dessin

9 décembre 2016
L'Humeur
  • POST SCRIPTUM
  • 9 décembre 2016,
    par Guy Cure
  • La situation à droite a le mérite d’être claire : Fillon, candidat des retraités aisés et des participants aux « manifs pour tous » revendique l’héritage de Miss Maguy. Les catholiques traditionnalistes s’en réjouissent. On n’a pas oublié que Mgr (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Fidel : médias incultes à la solde du système !
  • 9 décembre 2016,
    par Passy Connh
  • Ces derniers jours les médias, encouragés par la droite et l’extrême droite, se sont déchaînés contre Fidel Castro de façon inouïe. Les mêmes ferment (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Décembre > N1420 > Un film d’amour

La Sociale

Un film d’amour

jeudi 8 décembre 2016 , 260 : visites , par Jean Lefevre

Le film de Gilles Perret a fortement mobilisé : 380 personnes à Troyes avec le réalisateur Gilles Perret, une cinquantaine à Romilly-sur-Seine, autant à Bar-sur-Aube.
Et un débat de bon niveau, surtout à Troyes car Gilles Perret est rompu à l’exercice de la discussion qu’il pratique tous les jours à travers la France.
Aubéane, Mutuelle de France avait voulu promouvoir fortement ces projections avec UPOPAube et la Ligue de l’Enseignement( [1]). L’attachement des spectateurs à la Sécu fut sensible à chaque représentation. Il est vrai que les déclarations de Denis Kessler, Claude Reichmann, Juppé, Pompidou et consorts font froid dans le dos et n’incitent personne à rejoindre leur point de vue calamiteux. François Fillon, non cité dans le film, est quand même souvent interpellé lors des échanges puisqu’il résume cette pensée réactionnaire qui préfère l’individualisme à la solidarité, le privé au public. Bien qu’il soit prouvé, ne serait-ce que d’un seul point de vue comptable, que la gestion solidaire est plus efficace, la droite martèle sa volonté de casser la Sécu sous prétexte d’efficacité.
Montage de qualité avec de nombreux intervenants savamment filmés et répartis, qui mobilisent l’attention. Les défenseurs de la Sécu font assaut d’érudition et de pédagogie : Michel Etievent, Frédéric Pierru, Colette Bec, Bernard Friot, Anne Gervais, Philippe Martinez, Jean-Claude Mailly et Jolfred Frenogara, bâtisseur originel d’une des 138 caisses de Sécu en 1946.
On a affaire à un documentaire savamment tissé, mais c’est plutôt un film d’amour pour cette belle construction sociale de la Libération qui a pris ses marques en 1936, son courage dans la Résistance, ses idées dans le programme du CNR et sa force dans le poids amplifié de la CGT et du PCF. Le héros du film reste Ambroise Croizat, architecte et constructeur d’une oeuvre dont l’écriture revient à Pierre Laroque. Ce gaulliste (de gauche) défendra la maison Sécu toute sa vie.
On sait que la droite et le patronat tentèrent de gommer le nom d’Ambroise Croizat de la mémoire collective. Dès 1948, le Que sais-je ?( [2]) ne connaît que Laroque. Le nom de Croizat n’apparaît dans le dictionnaire qu’en 2011. Rika Zaraï y était, Ambroise Croizat, non ! Il est vrai que ce qui fut insupportable aux censeurs, c’est le fait que la Sécurité sociale réussissait en 1945, à ce que le tiers du PIB (produit intérieur brut) soit géré par les travailleurs. Ce film est aussi un acte de foi dans l’éducation populaire dont on a tant besoin au moment où la couverture sociale diminue, où l’hôpital public souffre de disette, où l’idée de solidarité est attaquée. On a sans doute perdu la bataille des idées dans ce domaine. Le seul moyen de gagner, c’est de réapprendre les bases tout en se battant concrètement pour faire cesser la casse. « Apprendre pour comprendre, pour mieux se défendre. »

Notes

[1Excellent dossier pédagogique à obtenir sur internet pour les lycées et collèges (www.lasociale.fr)

[2La Sécurité Sociale (Getting) au P.U.F. 1948.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|