“Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.” Louise MICHEL

L'Humeur
  • Baroin et le petit nicolas
  • 16 novembre 2016,
    par DÉDÉ ALACAMPAGNE
  • Le « petit Nicolas », c’est une oeuvre pour la jeunesse de Sempé et Goscinny mettant en scène un petit gars plein d’humour et de tendresse. Nicolas Sarkozy a beaucoup dégradé le personnage en devenant le « président des riches » comme nous l’ont si (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Novembre > N1417 > Valises occultes et gamelles au cul

Sarkozy et les valises de Khadafi

Valises occultes et gamelles au cul

mercredi 16 novembre 2016 , 280 : visites , par Rémi

Selon le témoignage d’un proche de Khadafi, Nicolas Sarkozy aurait bien reçu, du dictateur lybien, trois valises pleines de billets, d’un total de cinq millions d’euros et destinées au financement de sa campagne électorale.

second mandat de président de la République, aurait bien reçu trois valises pleines de billets, apportées par l’affairiste franco-libanais, Ziad Takieddine, de la part de Khadafi. Deux d’entre elles auraient été réceptionnées par Claude Guéant, qui officiait au cabinet du ministre de l’Intérieur, la troisième par Sarkozy lui-même « dans l’appartement privé du ministre de l’Intérieur  », pour un total de cinq millions d’euros, destinés à financer sa campagne électorale. Ce n’est certes pas un hasard si ces nouvelles révélations sont tombées juste avant la primaire à couteaux tirés chez Les Républicains. L’immoralité de Sarkozy seul ancien chef de l’état - à avoir tâté en 2014 de la garde à vue - donne la nausée.

Racaille politico-financière
Corruption active et passive, trafic d’influence, faux et usage de faux, abus de biens sociaux, blanchiment, complicité et recel de ces délits... depuis 2013, la justice enquête sur ce financement occulte sur la base des témoignages d’anciens hauts responsables du régime lybien. Ce n’est pas l’unique gamelle (encore) traînée par Sarkozy. 2007, sondages surfacturés, délit de favoritisme ; 2008, “arbitrage” et versement de 403 millions d’euros à Bernard Tapie. Il a eu maille à partir avec la justice dans les affaires Bettencourt et Karachi (rétrocommissions sur des contrats d’armements), n’étant jamais très éloigné des coups tordus et magouilles financières en tous genres. Un fleuron, ce Sarkozy, de la racaille politico-financière, disposée à tout car se croyant au-dessus de la loi, pour assouvir sa soif de pouvoir. Il fut, pour cela, à bonne école, s’étant aiguisé les dents en compagnie de Balkany et quelques autres, dans les Hauts-de- Seine, fief à l’époque d’un habitué des dessous pas chics des régimes gaullien et successeurs, Charles Pasqua. Que des énergumènes d’une telle trempe accèdent à des lieux de pouvoirs dénote une crise profonde de notre société.

L’erreur la plus catastrophique
Crise de société, mais aussi crise institutionnelle d’une République à bout de souffle, triturée et défigurée pour assouvir l’avidité d’un système et d’une poignée d’oligarques, idolâtres du dieu-argent. Les Sarkozy, Balkany et autres Cahuzac n’ont aucune morale, car le système qui les a forgés, et formés, n’en a luimême aucune et ne peut en avoir. Rétrospectivement, quelle mauvaise plaisanterie que ce Sarkozy affirmant son intention de moraliser le capitalisme financier, que « le métier de banquier n’est pas de spéculer [mais-ndlr] de financer le développement de l’économie » ! Il l’a dit... en 2011 à la tribune du Forum de Davos ! F. Hollande, dans le registre de l’hypocrisie, avec son « ennemi, c’est la finance », n’a pas fait autre chose. Mais gare à ne pas se tromper de cible, ce n’est pas la République qu’il faudrait déboulonner de son socle, comme le préconise, à mots à peine couverts, l’extrême droite. Il faut, au contraire, en s’appuyant sur ses valeurs fondatrices de liberté, d’égalité et de fraternité, lui redonner de la vigueur. C’est ce que, nous communistes, entendons en préconisant l’avènement d’une VIè République, démocratique, sociale et écologiste, où l’Humain d’abord prime sur la finance, où l’intérêt collectif est au-dessus du particulier. L’erreur la plus catastrophique serait, en 2017, de permettre à Sarkozy ou à l’un de ses semblables de remettre le pied à l’étrier du pouvoir.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|