“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

L'Humeur
  • REGRETS ETERNELS
  • 9 novembre 2016,
    par Guy Cure
  • Je ne sais pas s’il était juste et judicieux que le président de la République fasse acte de repentance pour l’internement des Tsiganes par le régime de Vichy. Certains utilisent internet pour condamner ce geste de François Hollande et éructer leur (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Pas un mot dans les médias
  • 9 novembre 2016
  • Dans son édition du lundi 10 octobre, l’Humanité relatait la situation dramatique dans laquelle se retrouve Haïti après le passage du cyclone dans les (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Novembre > N1416 > Erdogan enferme l’opposition démocratique

Turquie - Onze député-e-s du HDP emprisonnés

Erdogan enferme l’opposition démocratique

mercredi 9 novembre 2016 , 236 : visites , par LDA

Après les vagues de purges dans l’armée et les administrations, l’emprisonnement de journalistes et la fermeture de médias, Erdogan a fait emprisonner des membres du HDP, principal parti d’une opposition qu’il veut réduire au silence.

Les “Munichoiseries” des pays de l’Union européenne et d’autres états occidentaux à l’égard de l’autocrate turc Recep Tayyip Erdoğan vont-elles durer longtemps ? Suffisament longtemps pour lui permettre de consolider son pouvoir dictatorial, comme les concessions et le laisser-faire le permirent à Hitler ? Après l’arrestation, en fin de semaine dernière, de onze députés du Parti démocratique des peuples (HDP), dont ces deux coprésidents, Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, les chancelleries ont signifié aux diplomates turcs : leurs « vives préoccupations » (France), leur extrême inquiétude (Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l’UE) ou leur trouble profond (USA), après ces arrestations « hautement alarmantes » (A. Merkel). Admonestations et sermons dissuadent-ils un chien enragé de mordre ? De l’autocratie à la dictature, Erdogan a passé un nouveau cap et poursuit son entreprise de destruction d’une démocratie quasi en ruine. Depuis le coup d’état avorté du 15 juillet dernier, la liste est longue des éléments prouvant cette dérive dictatoriale : purge massive au sein de l’armée et de l’administration publique, guerre meurtrière contre le peuple Kurde et, notamment, le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), emprisonnement de journalistes, fermeture de médias non inféodés au pouvoir.

Une seule bougie suffit...
Selon P24, une ONG turque de défense de la presse, 127 journalistes sont aujourd’hui emprisonnés et 170 médias ont été fermés. Des faits qui semblent se heurter à l’indifférence et à l’impuissance (?) de dirigeants occidentaux pris au propre piège de leur politique à l’égard de la Turquie, basée sur deux axes : la peur des réfugiés qui a offert à Erdogan un rôle de garde-frontières de l’Europe, et le lien géostratégique et militaire au sein de l’OTAN, qui fait de ce pays
- deuxième armée de l’Alliance atlantique - et de pays européens comme la France des “alliés” dans la coalition occidentale anti- Daech. Alliance de la carpe et du lapin au regard des révélations qui ont réussi à filter sur le soutien direct et indirect d’Erdogan à Daech. Rappelons-nous également le meurtre, le 9 janvier 2013 en plein Paris, de trois militantes kurdes : Sakine Cansiz, Fidan Doğan et Leyla Söylemez. L’assassin présumé, dont le procès s’ouvre en décembre prochain, est fortement soupçonné d’être membre des services secrets turcs et d’avoir agi sur ordre. Depuis leurs prisons, les députés du HDP ont réussi à faire passer des messages par leurs avocats. « Ceux qui pensent pouvoir nous maintenir dans cette obscurité doivent savoir qu’une seule allumette, qu’une seule bougie suffit à la déchirer. [...] Nous continuerons à brûler comme une bougie pour que notre peuple puisse vivre libre et en paix », a écrit Selahattin Demirtaş. Figen Yüksekdağ : « Nous continuons à être la seule voie pour la liberté et la démocratie en Turquie. C’est la raison pour laquelle ils ont si peur de nous ». En France, des manifestations ont eu lieu dès l’annonce de ces arrestations. à Strasbourg, un rassemblement s’est aussi tenu pour dénoncer le « silence de l’Europe face aux crimes commis en Turquie », ajoutant à juste titre que « c’est ce silence qui crée la barbarie. » Calquant sa diplomatie sur les intérêts financiers plutôt que sur les libertés démocratiques, le gouvernement semble avoir donné au tyran un blanc-seing.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|