“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • REGRETS ETERNELS
  • 9 novembre 2016,
    par Guy Cure
  • Je ne sais pas s’il était juste et judicieux que le président de la République fasse acte de repentance pour l’internement des Tsiganes par le régime de Vichy. Certains utilisent internet pour condamner ce geste de François Hollande et éructer leur (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Pas un mot dans les médias
  • 9 novembre 2016
  • Dans son édition du lundi 10 octobre, l’Humanité relatait la situation dramatique dans laquelle se retrouve Haïti après le passage du cyclone dans les (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Novembre > N1416 > Une belle leçon de démocratie

La Conférence nationale du PCF

Une belle leçon de démocratie

mercredi 9 novembre 2016 , 232 : visites

Le PCF a organisé, le 5 novembre, une Conférence nationale qui a examiné et débattu des enjeux des élections présidentielle et législatives de 2017.
Composée des membres du Conseil national, des parlementaires et de délégué-e-s issus des départements, cette conférence a opté majoritairement (55,69%) pour la désignation d’une candidature communiste à l’élection présidentielle, qui pourrait se retirer en cas d’accord pour un rassemblement plus large. Ce choix a mis en effervescence les médias, car il n’était pas celui soutenu par Pierre Laurent, qui préconisait un soutien à Jean-Luc Mélenchon. Reste qu’au terme des débats, où il a acté la décision de la Conférence, le secrétaire national du PCF s’est dit « fier d’être communiste ». C’est, en effet, une belle leçon de démocratie qui a eu lieu au moment où les partis politiques sont tant décriés.

Chacun à gauche doit prendre ses responsabilités

Cher-e-s camarades, Avec notre conférence nationale, nous venons de démontrer au pays que le PCF reste une organisation politique où l’on trouve une véritable fraternité entre les militants ; où le débat rationnel, sérieux, transparent et franc, reste possible ; où les directions restent légitimes, même si leurs propositions sont battues ; où les votes ne font ni vainqueurs, ni vaincus. Combien de partis politiques, combien d’organisations peuvent aujourd’hui en dire autant ?
Contrairement à ce que retiennent beaucoup de commentateurs, notre débat ne s’est pas limité à un choix « Mélenchon ou pas Mélenchon ».
L’unité des communistes est totale sur la démarche et l’objectif à atteindre : celui d’une candidature unique et commune de la gauche d’alternative à la politique gouvernementale. Les avis divergent sur le chemin le plus efficace à emprunter pour y parvenir. Et personne ne peut prétendre avoir LA solution. On ne traite pas la situation extrêmement compliquée du pays par des solutions toutes faites ou par des diktats.
Toute la démarche des communistes vise à sortir notre pays du piège redoutable d’un deuxième tour droite/FN et de ce qui en découlerait inévitablement en cas de division des forces de gauche : une Assemblée Nationale où le principal groupe d’opposition à la droite serait l’extrême droite. Loin d’être une « alternance » banale, ce scénario plongerait notre pays dans une nouvelle période sombre de son histoire, et vers des ruptures démocratiques inédites depuis la Seconde Guerre mondiale.
Chacun à gauche doit prendre ses responsabilités dans la période. Les communistes répondront présent, comme ils ont su le faire à chaque moment crucial de l’histoire de notre pays. J’appelle les communistes aubois à participer en nombre aux assemblées de sections et au vote qui s’en suivra.

 

“Le PCF est aujourd’hui la force qui tient la gauche debout”

Extraits de l’intervention de Pierre Laurent.
« [...] à l’issue de cette conférence nationale, le PCF est déterminé, plus que jamais, à jouer un rôle important pour les échéances de 2017, pour contribuer à ouvrir un nouvel espoir à gauche pour notre pays. Notre unité, nous la construisons au service de cet objectif depuis des mois, dans un débat qui ne fait pas seulemement honneur au Parti communiste mais à la vie politique française. Le débat d’aujourd’hui encore a été libre, vif, contradictoire, mais toujours respectueux des points de vue exprimés. C’est une belle leçon de démocratie, une extraordinaire leçon de vie politique. [...] Le PCF est aujourd’hui la force qui tient la gauche debout. Je le pense encore aujourd’hui, renforcé dans l’idée que les partis politiques sont essentiels à la démocratie et son expression. Je sais bien la mode de dénigrer les partis. Mais oui, quand ils sont capables de ne pas renoncer à leur mission, le service de l’intérêt général, et quand ils ne se transforment pas en écurie présidentielle, ils sont un apport essentiel à la vie démocratique. [...] Le pays a besoin de partis politiques qui disent ce qu’ils font et font ce qu’ils disent. Et nous nous honorons d’être de ceux-là. Forts de toutes les initiatives que nous avons prises depuis le mois de janvier pour créer les conditions d’un rassemblement le plus large possible, nous allons travailler à renverser le scénario qu’on nous présente inlassablement comme inéluctable : celui d’un éclatement à gauche et d’une victoire de la droite et de l’extrême droite. Travailler inlassablement au rassemblement des forces qui, à gauche, peuvent éviter les nouvelles régressions promises et ouvrir le chemin d’un politique d’un nouvel âge pour le progrès social, la démocratie, pour une France qui agisse pour la paix et la coopération, en Europe et dans le monde... »

Une urgence pour la France
Une nouvelle politique de progrès social, démocratique et écologique
Le PCF entre en campagne en soumettant au pays un pacte d’engagements pour une nouvelle majorité :
Pour construire la politique et le rassemblement dont la France a besoin, nous nous adressons à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui partagent notre ambition, aux syndicalistes, aux militantes et militants associatifs, aux artistes et aux intellectuel-le-s, aux forces du Front de gauche, à la France insoumise, aux socialistes qui veulent retrouver le chemin de la gauche, aux écologistes. Nous leur proposons de débattre de ce pacte d’engagements pour construire le socle d’une nouvelle majorité à l’Assemblée Nationale qui soit formée par les forces de la gauche d’alternative. Nos propositions sont construites sur la base de L’Humain d’abord, de notre contribution « La France en commun », de notre texte de congrès « Le temps du commun », du travail de nos groupes parlementaires et de nos élu-e-s locaux, de la grande consultation citoyenne. Nous proposons sept axes de campagne : 1. Prendre le pouvoir sur la finance et partager les richesses ; 2. De la nouvelle République, au renouveau de la politique ; 3. Investir pour demain ; 4. L’égalité femmes-hommes maintenant ! 5. Une France protectrice et solidaire 6. Produire autrement et préserver l’environnement 7. à l’offensive pour changer l’Europe.
Sur la base de ces axes, la conférence nationale a présenté des premières mesures d’un programme de gouvernement qui constituent un socle que nous mettrons en débat dans tout le pays, à travers une nouvelle étape de notre démarche citoyenne.

Du pacte d’engagements à une nouvelle majorité législative

La construction de cette nouvelle majorité politique en 2017 passe tout autant par l’élection présidentielle que par les élections législatives.
Toute l’attention des médias, de la majorité des partis, des citoyenne- s est concentrée sur l’unique élection présidentielle, alors même que le présidentialisme est au coeur de la crise politique des deux derniers quinquennats. Le peuple se sent mis à l’écart, abandonné par un pouvoir de plus en plus éloigné et monarchique. La reconquête d’une République démocratique passe par la revalorisation du Parlement et des élections législatives.
Le calendrier électoral et l’évolution de nos institutions ont réduit l’enjeu de ces élections à donner une majorité au Président de la République et un bonus à son challenger. Devant la gravité de la crise politique actuelle, nous appelons les Françaises et les Français à reconsidérer toute l’importance de ce scrutin. La France a besoin qu’une majorité des député-e-s élu-e-s en juin prochain s’engage à porter pendant cinq ans au sein de l’Assemblée des propositions de lois qui répondent aux exigences populaires.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|