“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • REGRETS ETERNELS
  • 9 novembre 2016,
    par Guy Cure
  • Je ne sais pas s’il était juste et judicieux que le président de la République fasse acte de repentance pour l’internement des Tsiganes par le régime de Vichy. Certains utilisent internet pour condamner ce geste de François Hollande et éructer leur (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Pas un mot dans les médias
  • 9 novembre 2016
  • Dans son édition du lundi 10 octobre, l’Humanité relatait la situation dramatique dans laquelle se retrouve Haïti après le passage du cyclone dans les (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Novembre > N1416 > Un film qui redonne la santé

CULTURE MILITANTE

Un film qui redonne la santé

mercredi 9 novembre 2016 , 233 : visites , par Jean Lefevre

Le film de Gilles Perret, La sociale, qui est à peu près interdit sur toutes les chaînes sera projeté à Troyes, Romilly et Bar-sur-Aube.
Il raconte l’extraordinaire aventure de la Sécurité Sociale, née en 1945 par la grâce du programme du CNR et le poids de la CGT et du PCF dans la balance politique à la Libération. On a abandonné la dimension sociale et politique de la Sécu d’Ambroise Croizat, qui fut le seul ministre des travailleurs. Les autres, dit Michel Etiévent, ne furent que des ministres du travail. La Sécu, construite par le « peuple bâtisseur » de la CGT et ses cinq millions d’adhérents a permis de diviser par trois la mortalité infantile et d’augmenter de quinze ans l’espérance de vie des ouvriers.
C’était de l’humanisme pur et dur, dit Gilles Perret. La Sécu, c’était le droit de vivre en sûreté contre la maladie et la vieillesse. Quand la droite (Fillon, Juppé, Sarkozy, etc.) dit qu’il faut diminuer encore plus les défenses publiques, ce sont les dépenses de santé qui sont visées. Pourtant, la preuve a été faite qu’investir dans l’hôpital, la prévention, les soins, c’est l’assurance d’une société solidaire qui travaille, progresse et crée. Les pires attaques contre la Sécu ont eu lieu avec de Gaulle en 1967. On créa quatre caisses au lieu d’une, sous prétexte de mieux gérer. C’est la logique comptable. On sépare les risques. En fait, on tue la solidarité. Arrive Juppé : c’est le plan de rigueur de 1995 qui provoque trois semaines de grève tandis que la CFDT soutient le plan. On fait appel au capital financier. ça y est, le loup est dans la bergerie.
Ce film extraordinaire dit tout, c’est une leçon d’histoire et de démocratie. C’est une source d’espoir pour ceux qui croient que tout est foutu et que le libéralisme est roi. La mutuelle Aubéane est à la manoeuvre pour ces trois projections, avec le soutien de la Ligue de l’Enseignement et d’UPOPAube. Des échanges auront lieu à chaque séance, à Troyes avec le réalisateur, à Romilly et Bar-sur-Aube avec Aubéane et les partenaires du film.
- Troyes : cinéma Ciné City, mardi 29 novembre à 19 h en présence du réalisateur Gilles Perret. Entrée : 5 euros
- Romilly-sur-Seine  : cinéma éden, jeudi 1er décembre à 19 h. Entrée : 4,50 euros
- Bar-sur-Aube  : cinéma Le Vagabond, dimanche 4 décembre à 16 h 30. Entrée 4 euros.

https://youtu.be/FQcKhRN-aDw

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|