“Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.” Louise MICHEL

L'Humeur
  • REGRETS ETERNELS
  • 9 novembre 2016,
    par Guy Cure
  • Je ne sais pas s’il était juste et judicieux que le président de la République fasse acte de repentance pour l’internement des Tsiganes par le régime de Vichy. Certains utilisent internet pour condamner ce geste de François Hollande et éructer leur (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Pas un mot dans les médias
  • 9 novembre 2016
  • Dans son édition du lundi 10 octobre, l’Humanité relatait la situation dramatique dans laquelle se retrouve Haïti après le passage du cyclone dans les (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Novembre > N1416 > Romilly poursuit son déménagement

Parc de l’aérodrome

Romilly poursuit son déménagement

mercredi 9 novembre 2016 , 243 : visites , par Joë Triché

Dans une luxueuse brochure de plus de quarante pages, Éric vuillemin, ès-qualités de président de la Communauté de communes, nous en vante tous les bienfaits. Com’ ou réalité ?
Com’, bien sûr. Car à y regarder de plus près, on s’aperçoit que le bilan des dix années écoulées est beaucoup plus contrasté. Créée en 2006, en remplacement du SIVU (Syndicat intercommunal à vocation unique), la Communauté de communes « Les portes de Romilly » s’était donnée pour objectif premier de redynamiser le tissu économique et la création d’emplois, après la casse de ceux du textile, pour cause de délocalisations de productions ; Olympia par exemple. Pour cela, un contrat avait été signé entre l’état et les collectivités territoriales (communes, département et région). Plus d’une dizaine de millions d’euros de fonds publics ont été injectés à cette fin. C’est donc bien au regard de cette ambition qu’il faut apprécier les résultats obtenus.
Déménagements d’activités et transferts d’emplois
Très très peu d’activités nouvelles, générant de vraies créations d’emplois ont, en effet, vu le jour. D’ailleurs, à ce sujet, les chiffres de la progression du chômage sont éloquents pour Romilly et la Communauté de communes. Pour notre ville, le nombre de chômeurs a plus que doublé, passant de 947 à plus de 2 000 actuellement. Certes, des bâtiments ont été construits, laissant penser que le changement serait en marche. Mais ils n’ont fait qu’accueillir des transferts d’activités et d’emplois du coeur de Romilly, accentuant le déséquilibre entre cette zone périurbaine et le centre ville. Sans les garages (Renault, Peugeot, Ford, BMW), sans But, Cache-Cache, La halle aux chaussures, La halle aux vêtements, MacDo, La cave à vins... beaucoup de ces bâtiments seraient vides où n’auraient pas vu le jour. Ajoutons encore que, grâce à l’action, le pire a pu être évité dans le cas du cinéma Eden. éric Vuillemin fut un farouche partisan de la création d’un multiplexe sur cette zone qui aurait entraîné la fermeture de l’Eden. Et ça continue ! Un géomètre, installé rue Jean-Jaurès, a déménagé vers Aéromia et la SNCF y réalisera, contre l’avis des cheminots et de leurs syndicats, son nouveau centre technique après avoir supprimé 250 emplois aux ateliers. Pour cela, elle vient d’acquérir cinq hectares de terrain au prix de 18 euros le m2, alors qu’un accédant à la propriété paie le m2 constructible 55 euros.
Un impôt de plus et des communes en danger
La création des intercommunalités a aussi été l’occasion de ponctionner encore un peu plus les ménages avec la création d’une nouvelle fiscalité. Par exemple, pour 2016, le montant des taxes et impôts prélevés par la communauté de communes est de 3,5 millions d’euros dont 2,6 millions proviennent de la poche des contribuables romillons.
Mais la création des intercommunalités représente de plus en plus une menace contre l’existence des communes. D’autant plus que le gouvernement a fait voter une réforme territoriale qui pousse aux transferts de compétences des communes vers les intercommunalités. Dans l’édito de ce luxueux bulletin, éric Vuillemin s’en félicite... et en redemande davantage. Une attitude pour le moins paradoxale de la part d’un maire ! Le rôle des communes sera donc réduit à une peau de chagrin, alors qu’elle représentent un acquis de la Révolution Française, avec une gestion au plus proche des habitants. N’acceptons pas ce recul démocratique.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|