“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • OH, LES MECHANTS !
  • 27 octobre 2016,
    par Guy Cure
  • C’est bien connu, la lutte des classes n’est que le produit de l’imagination démoniaque d’un certain Karl Marx. Ça n’a jamais existé et c’est dépassé (au choix ou les deux ensemble). Il m’arrive de rencontrer des gens bien : des gens qui réfléchissent, (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Viennoiseries
  • 27 octobre 2016,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • “Prime times” à la TV, des pages et des pages dans les journaux et magazines, des sites d’actus en ligne gavés par la piétaille et les dir’com... la (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Octobre > N1414 > Il était possible de faire autrement

Calais : démantèlement de la “jungle”

Il était possible de faire autrement

jeudi 27 octobre 2016 , 174 : visites

L’état a entrepris le démantèlement du camp de migrants de Calais, dont le développement au fil des ans traduisait l’échec de la politique européenne d’accueil
Ce camp n’était pas un modèle du genre, et le PCF n’a cessé de demander la mise en place de structures d’hébergements, d’accueil et d’accompagnement, dignes de la France, 6ème puissance économique mondiale. C’est moins le démantèlement de la “jungle” en soi, que les conditions d’évacuation qui sont discutables et ne devraient en aucun cas aboutir à « une opération sécuritaire ». Il était possible, et souhaitable, de faire autrement :
- Le départ vers les CADA (centres d’accueil pour demandeurs d’asile) et les CAO (centres d’accueil et d’orientation) aurait pu et dû être étalé sur quelques semaines ; le démantèlement se faire de façon progressive, non traumatisante, dans le respect de la dignité des personnes, avec l’aide des associations qui ont la confiance des migrants.
- La négociation avec la Grande-Bretagne sur le rapprochement familial des mineurs isolés se devait d’être menée à son terme. Les 200 mineurs isolés accueillis par la Grande-Bretagne - sur le millier qui vivent dans la “jungle” - ne font pas le compte. Faut-il rappeler qu’à l’occasion de la fermeture du camp de Sangatte, la Grande-Bretagne avait accepté d’accueillir
- 100 femmes et enfants ? N’est-il pas grand temps de dénoncer les accords bilatéraux du Touquet pour les remplacer par des accords respectueux du droit et des conventions internationales ? l La réflexion sur le déplacement du centre Jules-Ferry, qui accueille les femmes et les enfants, devait, elle aussi, être conduite à terme en y intégrant la préoccupation d’un devenir assuré pour les personnels de La vie active et de Biro.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|