“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Concepts neufs
  • 22 septembre 2016,
    par Malicette
  • Les concepts, comme les feuilles mortes, se ramassent à la pelle. Comment tromper l’ennui, la crise, le pessimisme ? Il faut créer du neuf pour peuple en mal de bonheur. Les savants se servent du concept pour éclairer, mais les capitalistes pour (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Plein les poches
  • 22 septembre 2016,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Sanef, Vinci, Eiffage... la « rente » des sociétés privées d’autoroutes bat tous les records. Eiffage, par exemple, vient d’annoncer un bénéfice de 616 (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Septembre > N1409 > Pour la “grande paix humaine”

Le 24 septembre, marches dans quinze villes de France

Pour la “grande paix humaine”

jeudi 22 septembre 2016 , 316 : visites , par Rémi

Les marches pour la paix ont aussi pour objectif de dire au gouvernement de stopper ses surenchères et vertiges guerriers et de s’engager dans des solutions politiques permettant des résolutions à long terme des crises.
« Pour exprimer notre volonté de vivre en paix dans un monde de Solidarité, de Justice, de Fraternité - En marche pour la paix - Stop la guerre - Stop les violences ». Un mot d’ordre, co-signé par de nombreuses associations et organisations, dont le PCF et le MJCF (Mouvement des jeunes communistes de France), et qui appelle à la mobilisation générale de toutes celles et tous ceux qui opposent une culture de la paix aux logiques de guerre. Comme l’a rappelé Patrick Le Hyaric à l’inauguration du Village du Monde sur la fête de l’Humanité, « la paix est un projet politique ». Quand la guerre est conçue comme un marché et une industrie, la paix est plus que jamais « le plus grand des combats ».

La culture de paix du PCF
Avec son intervention de clôture de la fête, le directeur de l’Humanité s’est inscrit dans la longue culture de paix du communisme français. Du mouvement Amsterdam-Pleyel, initié par un appel co-signé par Henri Barbusse et Romain Rolland et publié dans l’Humanité le 27 mai 1932, pour la réunion d’un congrès international contre la guerre et le fascisme, en passant par l’Appel de Stockholm, la pétition pour « l’interdiction absolue de l’arme atomique  » et avec laquelle se sont mobilisés tant de communistes français, ou encore la guerre d’Algérie, avec une déclaration du bureau politique (27 avril 1956) brûlante d’actualité, déclarant notamment : « Ce n’est pas travailler pour la paix que de multiplier les opérations militaires [...] semer la terreur et attiser les haines. » De tous temps, les communistes ont été sur le devant de la scène pour défendre et promouvoir « un projet politique » dont le socle est la paix et la coopération entre les peuples. Dialogue, co-élaboration de solutions politiques de longue durée, désarmement et prévention des conflits par le co-développement et la promotion des droits sociaux et démocratiques en sont les axes primordiaux.

Réponse citoyenne pacifiste
La mise en compétition forcenée des peuples pour l’accaparement des ressources et des richesses par des intérêts privés en Afrique, au Proche-Orient, “variante” de la mise en concurrence en Europe, en Amérique du sud ou en Asie par des traités de “libre échange” qui ruinent les économies nationales, minent les potentiels de développement, se traduisent par une inflation de conflits et de guerres qui font des millions de morts, de déplacés, de pauvres et de réfugiés. Ce gâchis est insupportable et il est devenu de plus en plus urgent de vouloir rassembler toutes les forces disponibles pour y mettre un terme. Attentats, conflits, violences... alimentent un sentiment d’insécurité qui se développe, de repli sur soi, de rejets racistes, symptômes d’un ordre mondial organisé sur des logiques de domination, avec une incessante course aux armements. Les dépenses militaires dans le monde sont passées de 1 144 milliards de dollars en 2001 à 1 773 milliards en 2015, alors que le budget des Nations-Unies pour les opérations de paix n’est que de 8,7 milliards et que la lutte contre le réchauffement climatique nécessite des moyens importants. Face aux dangers d’un capitalisme de plus en plus prédateur et qui dissémine les poudrières dans le monde au gré de sa voracité de profits, une réponse citoyenne pacifiste doit s’affirmer. Les marches du 24 septembre y contribuent.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|