“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Assez de bas arts !
  • 7 septembre 2016,
    par Malicette
  • Troyes est une ville qui sommeille, mais dans la beauté. Les magasins vides sont remplis d’oeuvres d’art. La Bourse du travail, rhabillée et sur son 31, somnole semaine et dimanche. La maison Fernand-Doré se meurt et se dégrade. Adieu inestimables et (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Ce qui a été dit dans l’huma
  • 7 septembre 2016,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • L’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) est présidé depuis juin 2014 par Xavier Ragot, qui avait précédemment fait des gammes chez (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Septembre > N1407 > Le 15 septembre, on sera encore là !

Pour l’abrogation de la loi travail...

Le 15 septembre, on sera encore là !

mercredi 7 septembre 2016 , 361 : visites , par LDA

L’intersyndicale appelle, le 15 septembre prochain, à marquer la rentrée sociale en poursuivant la mobilisation contre la loi travail, à laquelle reste opposée une majorité des français.
Par LDA


Coïncidence ? Au jeu des chaises musicales consécutif à la démission du gouvernement de Macron, le député PS Christophe Sirugue a été promu, la semaine dernière, secrétaire d’État à l’industrie. Sans doute a-t-il gagné ses galons alors qu’il était rapporteur de la loi El Khomri à l’Assemblée Nationale où il n’avait pas ménagé l’huile de coude pour défendre l’article 2 relatif à l’inversion de la hiérarchie des normes avant, face aux mobilisations, de pencher vers un « compromis » aux allures de miroir aux alouettes pour les salariés.
Un sondage Odoxa du 18 juillet constatait que sept français sur dix sont « mécontents de l’adoption définitive du projet de loi travail » et que 55% souhaitent que « les manifestations contre le texte se poursuivent ». Parce que cette loi néfaste, qu’aucune promesse électorale n’avait annoncée, est anti-sociale et destructrice du Code du travail. Elle a été adoptée en plein été, sans être votée - le gouvernement utilisant trois fois l’article 49-3 - au mépris des importantes mobilisations, manifestations et pétitions. Le Medef se félicite. Cette loi ne créera pas d’emplois, elle facilite les licenciements ; elle s’attaque aux 35 heures plutôt que de partager toujours plus le temps de travail ; c’est un cadre légal au dumping social. Mais il est encore possible de gagner comme en témoigne la victoire sur le Contrat première embauche (CPE), abrogé en 2006 après avoir pourtant été publié au Journal officiel. Ce qu’une loi a fait, le monde du travail et ses organisations peuvent le défaire. Le 15 septembre, les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL donnent rendez-vous à l’ensemble des salariés, privés d’emploi, étudiants, lycéens, retraités pour une journée d’actions et d’initiatives partout en France pour obtenir l’abrogation de la loi travail et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives. Le Parti communiste se joint à toutes les forces et les personnes qui veulent faire entendre l’exigence de l’abrogation de la loi El-Khomri et porter des politiques alternatives aux choix libéraux. Parallèlement à la mobilisation populaire, l’intersyndicale a annoncé qu’elle étudie « tous les recours et moyens juridiques possibles pour s’opposer à la mise en oeuvre de la loi travail » qui contrevient aux conventions 87, 98 et 159 de l’Organisation internationale du travail (OIT).


 

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|