“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Assez de bas arts !
  • 7 septembre 2016,
    par Malicette
  • Troyes est une ville qui sommeille, mais dans la beauté. Les magasins vides sont remplis d’oeuvres d’art. La Bourse du travail, rhabillée et sur son 31, somnole semaine et dimanche. La maison Fernand-Doré se meurt et se dégrade. Adieu inestimables et (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Ce qui a été dit dans l’huma
  • 7 septembre 2016,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • L’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) est présidé depuis juin 2014 par Xavier Ragot, qui avait précédemment fait des gammes chez (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Septembre > N1407 > Assez de bas arts !

Assez de bas arts !

mercredi 7 septembre 2016 , 32 : visites , par Malicette

Troyes est une ville qui sommeille, mais dans la beauté. Les magasins vides sont remplis d’oeuvres d’art. La Bourse du travail, rhabillée et sur son 31, somnole semaine et dimanche. La maison Fernand-Doré se meurt et se dégrade. Adieu inestimables et aimables Massis, Salomon, Zaigue, Prin, Dupré et vos sonates lointaines. Derrière Saint-Martin, rouillent de beaux métiers bonnetiers. La ruine aussi les menace. Le négoce pourtant donne le change. On vend made in China dans nos illustres ateliers. Troyes ne sait plus travailler, mais il sait vendre ce qui se fait ailleurs. Troyes, ville d’art, dit la pub. Des trésors anciens dorment, mais la culture aujourd’hui est à la portion congrue, c’est-à-dire incongrue.( [1]) Le but n’est pas d’instruire mais de rentabiliser les spectacles ! Vides aussi les bourses des chômeurs qui regardent dans leur gousset l’état de leur infortune. Vides encore les têtes qu’on ne sait plus être ni bien faites ni bien pleines. Alors, qui sauvera Troyes ?
On a quelqu’un ici, nous dit-on, sorte de prince charmant de la politique à la recherche d’un maroquin et pas n’importe lequel ! Pense-t-il qu’il suffise d’être 1er ministre pour chasser le sinistre permanent d’une ville qui dort et perd sa sève ? L’homo politicus en général se prend pour une Mère Térésa qui va sauver le monde en tendant la main aux SDF de la culture, de la santé ou de l’emploi. Mais à part être courageuse, cette très brave femme a-t-elle fait reculer d’un seul pas la misère qui nous vient de ce système abominable qui ne pense que profit, guerre et misère ?

Notes

[1Incongrue, c’est-à-dire malséante et inadmissible. Mme Zajac, conseillère communiste a demandé pourquoi il n’y avait qu’un technicien au théâtre de la Madeleine (scène conventionnée) et dix au théâtre de Champagne qui n’a aucun spectacle de création.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|