“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Mea culpa
  • 18 août 2016,
    par Guy Cure
  • La Dépêche titrait la semaine dernière sur l’épuisement des ressources naturelles de la Terre. Sans revenir à Malthus, il y a plusieurs décennies que des chercheurs alertent sur l’accroissement de la population et l’appauvrissement des ressources. Au (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Août > N1404 > Pokémon Go - Jeux gratuits...N’EST PAS FORCéMENT traqué CELUI QU’ON (...)

SOCIÉTÉ

Pokémon Go - Jeux gratuits...N’EST PAS FORCéMENT traqué CELUI QU’ON CROIT

mercredi 17 août 2016 , 162 : visites

On appelle ça « réalité augmentée ». Une expression sans queue ni tête comme en inventent des concepteurs-vendeurs.
Depuis la mi-juillet, Pokémon Go, un jeu consistant à traquer dans l’environnement réel des bestioles de bandes dessinées avec un téléphone portable, fait des dégâts. Accidents de circulation, violations de propriétés privées voire de domiciles… Ironie de l’histoire - ou plutôt sa morale ? - : n’est pas forcément attrapé celui qu’on croit.
Car ce jeu téléchargeable est un nid de soucis qui n’ont rien de virtuel et un puissant « aspirateur » de données personnelles confidentielles. Côté tracas selon la CNIL (Commission nationale informatique et libertés), « 31% des joueurs ont déjà été victimes d’un préjudice (virus, piratage d’un compte de jeu, surfacturation de communication, etc.) ». Dans tous les cas, la gratuité n’est qu’apparente, ces applications s’appuyant plus ou moins directement sur la collecte des données générées par les utilisateurs à partir de leurs smartphones. C’est particulièrement vrai pour la donnée de localisation, la « donnée reine » du smartphone, une des véritables contreparties du jeu qui s’avère très précieuse pour affiner des “profilages” à des fins commerciales, avertit la CNIL.
Les éditeurs profitent également de l’engagement des joueurs pour collecter de nombreuses données comportementales (patience du joueur, goût du risque, découragement face à un obstacle…). Ainsi, plus les données collectées par l’application sont précises, plus le profilage du joueur/consommateur est fiable et meilleure sera la rémunération de l’éditeur. Aujourd’hui en France, 24 millions de personnes ont un téléphone portable. Un marché juteux sous tous rapports.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|