“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Faits divers
  • 5 août 2016,
    par Guy Cure
  • Ça devient difficile de partir d’un fait divers pour écrire une humeur. Comm ent utiliser ces petit sévènements qui sont des tranches d e vie quotidienne et qui sont l’illustration de maux et de travers de notre société ? Comment par exemple évoquer (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Bonnes pioches
  • 4 août 2016
  • La recherche historique se porte bien. Elle se nourrit de vieux cartons et ça ne manque pas aux archives. À Caen, sont consignés, bien alignés, bien (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Août > N1402 > hommage à Mary Favin

MÉMOIRE

hommage à Mary Favin

jeudi 4 août 2016 , 230 : visites

Le 18 juin dernier, la FNDIRP de Romilly a tenu à honorer la mémoire de Mary Favin, résistant, déporté au camp d’Inzert où il est mort le 24 janvier 1943.
Une plaque de marbre a été déposée par notre camarade Gisèle Baugrand, fille de Mary Favin, en présence de Jean Lefèvre, président départemental de l’ADIRP de l’Aube, de Christian Barthélémy, président de la section de Romilly-Nogent qui prononça l’allocution, et de Ginette Collot, présidente de l’ANACR.
« Aujourd’hui, nous sommes réunis pour honorer la mémoire de notre camarade Mary Favin [...]. Dès 1941, la Résistance s’organise dans le secteur de Romilly et notamment aux ateliers SNCF où des petits groupes de trois personnes (appelés triangles) commettent des sabotages, fournissent des renseignements sur les mouvements de troupes du camp d’aviation et distribuent des tracts et journaux anti-nazis appelant à la mobilisation des patriotes français.
C’est en juillet/août 1942 que furent arrêtés 18 Romillons (dont Mary Favin, Lucien Roy, Raymond Birer, Bernard Prunier, Constant Lucot). Gisèle, qui avait six ans à l’époque, et sa maman ont assisté à l’arrestation [...]. Après des interrogatoires musclés, ils furent déportés au camp d’Inzert en Allemagne via les prisons de Troyes, Chaumont et du Cherche-Midi à Paris. Les conditions de détention étaient inhumaines avec comme nourriture une maigre soupe pour des journées de travail de 15 h, la maladie et les épidémies, des appels incessants par tous les temps ou les Déportés étaient nus et devaient rester immobiles pendant des heures, les coups pleuvaient au moindre écart ! Suite à ces mauvais traitements qu’ils subissent, René Réaux meurt le 18 janvier 1943 puis Mary Favin décède le 24 janvier de la même année. Les survivants furent déférés devant le tribunal de Breslau pour y être jugés. Raymond Birer, qui avait pris la responsabilité du groupe, fut condamné à mort et décapité à la hache le 7 septembre 1944. C’est l’armée rouge qui les a libérés. Sur les 18 Déportés de Romilly, 8 seulement sont revenus et décédés depuis. [...]
Pour maintenir la mémoire indéfectible de son papa qui n’est pas revenu de ces terribles épreuves, Gisèle et son mari Pierre, ont fait un pèlerinage à Inzert durant de nombreuses années. D’autre part, elle a gardé bien précieusement les mots qu’écrivait son papa sur des petits papiers cachés dans les couvercles de bocaux et qu’il faisait passer de cette façon lorsqu’il était en prison à Troyes. Je l’invite à poser sa plaque souvenir et, au nom de notre section de Romilly/Nogent, la FNDIRP [s’associe et dépose - ndlr] une plaque afin de perpétuer le souvenir de cet homme courageux qui a donné sa vie pour que notre chère terre de France recouvre la liberté face à la bête immonde qu’était le nazisme. »

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|