“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • LES PLAIES LOHMANN ET RAUSCHER
  • 13 juillet 2016,
    par Malicette
  • Nos lecteurs ont toujours les « Sodimédical » au coeur. Virées honteusement, réduites au RSA (524 euros), méprisées par la justice, qui leur a concédé des indemnités-clopinettes après s’être battues quatre ans, ces femmes vaillantes seront-elles heureuses (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • FRANÇOIS HOLLANDE RÉCOMPENSE SES FIDÈLES
  • mercredi 13 juillet 2016
  • François Hollande “ envisage de nommer” Bernard Roman, le député socialiste de Lille, “comme président de l’Autorité de régulation des activités (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Juillet > N1399 > Allocution d’antoine Gueben

Mémoire :Maquis de Saint-Mards

Allocution d’antoine Gueben

mercredi 13 juillet 2016 , 276 : visites , par Jean Lefevre

Allocution d’Antoine Gueben, maire de Nogent-en-Othe, aux cérémonies commémoratives du Maquis de Saint-Mards.
« Nous célébrons comme chaque année la mémoire de ceux, qui il y a 72 ans, ont sacrifié leurs vies en prenant les armes contre l’occupant dans cette forêt d’Othe, de prime abord éloignée des zones de combats majeures ou stratégiques. En harcelant l’ennemi, en le désorganisant par des sabotages, en fournissant des renseignements à Londres, cette Armée des Ombres a contribué, comme partout en France, à la défaite de l’armée allemande mais surtout à la chute du régime nazi mu par une idéologie de haine, de peur, d’expansionnisme et de racisme.
De milieux sociaux différents, de convictions politiques différentes, de religions différentes ils s’étaient tous retrouvés dans ce combat pour leur liberté propre mais bien sûr au-delà pour la liberté et les valeurs humanistes. C’est dans cet état d’esprit que sera rédigé le programme du conseil national de la résistance, le CNR qui s’était fixé pour tâche d’organiser après la guerre “un ordre social plus juste”.
Dans ce programme figurait, entre autre, les termes de démocratie, de suffrage universel, de liberté de la presse, de sécurité sociale, de sécurité de l’emploi, de retraite… Quelques années plus tard, furent élaborées les bases d’une union européenne qui, espérait-on, devrait nous mettre à l’abri de dérives nationalistes
L’espoir en l’avenir semble bien loin, les avancées sociales de l’après guerre sont remises en cause et l’enthousiasme a fait place à la morosité, même le droit de manifester commence à faire débat. Cette crise morale, sociale, économique et politique provoque partout en Europe des réactions qui ont un parfum - ou plutôt des relents - écoeurants et inquiétants. à 30 000 voix près, l’Autriche, pays natal, fautil le rappeler aux plus jeunes, d’Adolf Hitler, a failli se retrouver dirigé par l’extrême droite. En Angleterre une députée travailliste pro-européenne vient d’être assassinée par un militant d’extrême droite hurlant “l’Angleterre d’abord”, faisant étrangement écho à un autre slogan : “les Français d’abord.”
L’arrivée et l’accueil de réfugiés venant en Europe provoque des réactions plus qu’hostiles, jusque dans notre communauté m’a-t-on dit. La xénophobie et le racisme sous toutes ses formes se portent très bien et nous rappellent les heures les plus sombres de notre histoire Nous sommes à quelques mois d’une élection qui va décider de l’avenir de la France pour cinq ans, fasse que notre vote n’insulte pas la mémoire de ceux qui ont su dire NON. »


ERRATUM : Dans l’article sur le maquis de Saint-Mards, paru dans notre n°1397, les lecteurs sourcilleux nous ont fait remarquer que le maquis ne s’était pas installé à « La Lisière des Bois » (hameau de Saint-Mards), mais bien au Bois de Villiers (commune de Maraye). Pour bien connaître la vie de ce maquis, on peut se référer à plusieurs publications : les mémoires de Gilbert Couillard et de Fernand Ibanez et le travail historique de Sébastien Touffu sous la direction de Serge Wolikow. Voir aussi le numéro consacré à ce sujet de la Bourse du Travail-Mémoire Vivante et, à paraître en septembre, un numéro spécial de l’ATEC.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|