“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Sens interdit
  • 23 juin 2016,
    par Guy Cure
  • Ainsi, en plein état d’urgence, le gouvernement prétend être incapable d’empêcher quelques dizaines de casseurs (professionnels ?) de casser. Et ce qu’il n’est pas capable de faire, il reproche aux syndicats de ne pas le faire. Incapacité étrange ; (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Une ville enchantée
  • 23 juin 2016
  • Romilly est une ville enchantée. Les impôts n’augmenteraient pas, les subventions pleuvent drues ; quant aux emplois... vous verrez que ça va bien (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • BAROIN VA-T-IL ENTRER AU COMITÉ DE SOUTIEN D’ALLIA ?
  • jeudi 23 juin 2016, par Passy Connh
  • Le groupe Suisse Geberit, un des plus profitables au monde, avec une marge de 25%, plus du double de la moyenne, a décidé de fermer l’usine Allia de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Juin > N1396 > Une ville enchantée

Une ville enchantée

jeudi 23 juin 2016 , 71 : visites

Romilly est une ville enchantée. Les impôts n’augmenteraient pas, les subventions pleuvent drues ; quant aux emplois... vous verrez que ça va bien finir par le faire... et à foison ! Du bonheur que la presse locale tartine à pleines pages ; le romillon, tête de cochon et comme Saint-Thomas, ne croyant que ce qu’il voit.
Preuve que tout baigne pourtant, le maire a baissé l’an dernier la subvention au CCAS. Moins 100 000 euros. Allez savoir pourquoi, à même époque, l’État augmentait sa dotation de solidarité urbaine, un dispositif destiné aux communes en dif ficulté. Preuve encore de la féerie ambiante, au dernier conseil municipal, la droite a majoré de plus de 20% le tarif des cantines scolaires. Il faut prendre l’argent où il y en a : 140 euros par an de plus par enfant et plus de 250 euros pour deux. Entre janvier 2015 et aujourd’hui, l’accueil scolaire a aussi augmenté de 55%.
Les études menées disent que l’état social de la ville se détériore (avec des incidences jusque dans le domaine de la santé). Que nenni, dit le maire, on pète dans la soie. Et d’énumérer tous les travaux qui se feront... dans la dernière année de son mandat. Contrairement à ses dires, « Mon parti, c’est Romilly », le parti du maire, c’est Les Républicains, dont le fait d’armes actuel est de se décarcasser à durcir la loi El Khomri. Sa politique, depuis 2008, en fait foi : baisse des effectifs communaux (tant pis pour la qualité des services), les assos au pain sec et à l’eau (elles n’ont qu’à se faire financer par le privé, a dit une adjointe), finies les classes de neige, le dépaysement des colos... à Géraudot. Romilly, une ville enchantée ? Quand Éric Vuillemin pointe son doigt vers la lune, il est plus sage de regarder à ses pieds.
LE CAPITAINE TRICASSE

Casseurs ? Mais quels casseurs ?
L’hôpital Necker a lancé un appel aux dons pour couvrir la facture de 200 000 euros de remplacement des vitres brisées par des casseurs, la semaine passée, « en marge de la manifestation  » contre la loi El Khomri. Notez bien le « en marge ». Un rétropédalage
l’air de ne pas y toucher - de médias qui ont été, tambours battant, les crieurs publics d’un mensonge d’État. Face à la vérité, la “médiacratie” s’est mise en mode marche prudente.
Il est des vandales dont on parle beaucoup moins. Ceux qui ont sabré, de 3 milliards d’euros entre 2015 et 2017, la dépense publique pour les hôpitaux et l’ont assortie d’une injonction pressante à réduire la « masse salariale ». À la manoeuvre, l’étrange Martin Hirsch, dont on ne sait trop s’il fut caution de gauche dans un gouvernement de droite (Fillon), où l’inverse aujourd’hui, à la tête de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP).
Les casseurs d’acquis sociaux, de services publics, d’emplois... sont infiniment plus dangereux que les petites frappes stipendiées (ou simplement abruties) des manifs. Au point de réduire un grand hôpital à tendre la sébile pour quelques vitres neuves.
HÉLÈNE DEWAERE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|