“Qui va payer ces dix milliards ? Nous, pas les 500 plus grandes fortunes de France ! Pourquoi on ne rétablit pas l’ISF (3,5 milliards) ? Et la lutte contre l’évasion fiscale (80 milliards) ?" Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député

L'Humeur
  • Supplique pour l’art
  • 28 mai 2016,
    par Guy Cure
  • L’Euro approche ; impossible d’ignorer la machinerie qui s’est mise en route. Les images de fouteux envahissent les écrans publicitaires. J’ai des amis qui savourent déjà leur victoire à la prochaine compétition et m’énumèrent avec admiration les noms (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Comme une lettre à la poste ?
  • 28 mai 2016
  • En début de semaine, La Poste a annoncé avoir obtenu l’agrément de l’État... pour faire passer l’examen du code de la route. Autre larron également (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • LES COPAINS D’ABORD
  • samedi 28 mai 2016
  • Le nouveau patron (l’été prochain) d’Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, est issu de la promotion Voltaire de l’ENA de 1980, un réseau au coeur de la (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mai > N1392 > Les salariés de la centrale de Nogent-sur-Seine en grève

Loi travail

Les salariés de la centrale de Nogent-sur-Seine en grève

samedi 28 mai 2016 , 223 : visites

Dans le sillage des blocages de raffineries et de dépôts de carburants, les salariés de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, réunis en assemblée générale mardi 24 mai, ont voté la grève et l’arrêt de la production d’électricité.
La décision a été prise lors d’une assemblée générale du personnel « où étaient présents une centaine de salariés ». Selon le responsable CGT Énergie dans le département de l’Aube, Arnaud Pacot, les salariés ont décidé de bloquer le site de la centrale de Nogent et « une baisse de charge » à partir de jeudi, jusqu’à l’arrêt total du réacteur n°2 (le réacteur n°1 étant déjà stoppé pour un problème technique). Il a rappelé que la centrale avait déjà connu des baisses de charge « de l’ordre de 15 à 30% » lors des précédentes journées d’action contre la loi Travail. « Notre but n’est pas de faire tomber le réseau, mais on passe au cran supérieur », a-t-il assuré. Selon la fédération CGT-Énergie : « c’est en ce moment que se joue le sort du projet de loi travail, donc c’est maintenant qu’il faut agir ». À l’heure où étaient écrites ses lignes, trois centrales, dans l’ouest de la France, rejoignaient le mouvement de grèves.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|