“Gardez à l’esprit que, tôt ou tard, les grandes avenues s’ouvriront à nouveau pour laisser passer les hommes libres pour construire une société meilleure.”  Salvador Allende

L'Humeur
  • L’UPOP trace le sillon
  • 7 avril 2016,
    par Malicette
  • Bernard Friot propose un salaire à vie pour tous. C’est une idée neuve… si on veut, car les fonctionnaires bénéficient déjà de cette disposition. C’est le « pour tous » qui pose problème. Un salaire pour tous, reconnu comme un droit universel, comme (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Avril > N1385 > Au banquet de la voyoucratie en col blanc...

“Panama papers”

Au banquet de la voyoucratie en col blanc...

jeudi 7 avril 2016 , 275 : visites , par Rémi

De nouvelles révélations mettent à jour l’ampleur du vol et des réseaux structurés des riches pour dissimuler leur argent à l’impôt. Bien tardives, les intentions annoncées par F. Hollande sont loin de faire le compte.
On nous le dit et redit, depuis le sommet de l’État jusque dans les salles des conseils municipaux. Il n’y a plus d’argent, les travailleurs doivent se serrer la ceinture et retrousser plus haut les manches, les chômeurs cesser de “fainéanter” et les “cas soc’ ” de truander la solidarité nationale. Discours dominant de la Triple Entente : État-patronat-finance. Bon nombre d’entre nous, au su des profits et des dividendes empochés par les actionnaires, n’en croient pas un mot. Et nous avons raison. Au banquet de la voyoucratie en col blanc, le Gotha politico-économicofinancier est roi, et il trône sur des dizaines de milliers de milliards d’euros.

Quinze fois le PIB de la France
À la veille de la Révolution de 1789, le train de vie du roi avait fait scandale alors qu’il ne représentait qu’une partie minime de la dette de l’État. Après, l’an dernier, Swissleaks, une nouvelle partie de l’iceberg vient de faire surface avec les « Panama papers ». L’ampleur du vol organisé par les multinationales et les milliardaires donne le tournis à une majorité de nos concitoyens modestes... et honnêtes. Plus de 25 000 milliards d’euros, 15 fois le PIB de la France ! François Hollande, à la tête d’un pays qui, pourtant, attire des critiques, de la part de partenaires de l’Union européenne, pour sa mansuétude à l’égard des circuits financiers “obliques”, n’a pas jusqu’alors brillé par les mesures prises pour lutter contre ce fléau. En 2012, Éric Bocquet, rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur l’évasion fiscale, estimait cette fraude pour notre pays à un niveau de 60 à 80 milliards. Les sénateurs communistes demandent d’ailleurs une commission d’enquête : pourquoi, en effet, le Panama a-t-il été ôté en 2012 de la liste française des paradis fiscaux, sous l’impulsion de Sarkozy ? Pourquoi, introduits en 2013 dans cette liste, Jersey et les Bermudes en ont-ils été biffés l’année suivante ?

Une proposition de loi des communistes
Dans la nomenclature de l’Union européenne figurent trente pays ; celle de la France n’en compte plus que six depuis sa mise à jour en 2015 ! Immoralité, s’est écrié cette semaine un journaliste du Figaro. L’immoralité résidant, selon ce journal, non pas dans la dissimulation... mais dans la « délation » ! On croit rêver. Mauvais rêve aussi que la fille Le Pen, chantre du « mains propres », se voir accrocher de nouvelles gamelles au cul avec ces révélations. Et que penser des 17 millions de chiffre d’affaire, réalisés par la Société Générale aux Bermudes avec 0 salariés, relatés dans Les Échos du 1er juillet 2014 ? Ce nouveau dossier montre que nous n’avons pas affaire à des « dysfonctionnements » ou des individus sans foi ni loi. C’est tout une couche sociale, organisée au-dessus des états, qui trafique pour ne pas contribuer à la solidarité nationale et s’attribuer davantage de richesse. En début de semaine, Pierre Laurent a annoncé que les élus communistes vont déposer, le 18 mai dans le cadre de leur niche parlementaire, une proposition de loi demandant notamment « que la comptabilité des multinationales soit obligatoire pays par pays ». C’est le “reporting”, pourtant adopté en décembre à l’Assemblée... et supprimé aussitôt pour cause de « risques en matière de compétitivité  ». Après les cris d’orfraie du pouvoir, on attend donc maintenant des actes concrets.


Le CICE, pour l’essentiel, a fait baisser de 36,4% l’impôt sur les sociétés en France.



2 000 milliards d’euros : c’est la fortune soustraite à l’économie
européenne qui a été détournée vers les paradis fiscaux

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|