“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • CAC 41, TOUT VA BIEN !
  • 1er avril 2016,
    par Guy Cure
  • Le bilan de 2015 du CAC 40 affiche une progression de 8,53%. Un peu plus que l’augmentation accordée aux fonctionnaires (0,6% en 2016 et en 2017) : ces 1,2% qui font trembler les économistes sérieux sifflant le refrain du Medef. Tout va bien pour (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le nom de la région
  • 1er avril 2016
  • La loi NOTRe (enfin c’est la leur parce que nous, on n’a rien demandé) est entrée dans sa dernière phase avec l’adoption des noms de régions. Du 14 (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Avril > N1384 > Le salaire à vie ? une idée à débattre

Éducation populaire

Le salaire à vie ? une idée à débattre

vendredi 1er avril 2016 , 266 : visites

Semeuse de graines d’émancipation en tous domaines, l’Université Populaire de l’Aube invite à venir débattre du salaire à vie, une idée qui fait son chemin.
Bernard Friot est un sociologue et économiste français, professeur émérite à l’université Paris-Ouest- Nanterre-La Défense. Ses thèses autour du salaire à vie sont développées par le Réseau salariat (www.reseausalariat. info), association d’éducation populaire, dont il est un des fondateur. Novatrices, elle commencent aussi à faire leur chemin parmi celles et ceux qui sont en recherche d’alternatives progressistes à l’organisation marchande et concurrentielle de notre société. L’économiste viendra, le 6 avril à Romilly- sur-Seine, expliquer le salaire à vie, un mode d’organisation socioéconomique dont il est l’un des principaux théoriciens et qui consiste, en se basant sur la socialisation de la richesse produite, à verser un salaire à vie à tous les citoyens. Ce salaire universel, dont le montant serait attaché à la qualification personnelle et non plus au poste de travail occupé, a été pensé pour reconnaître le statut politique de « producteur de valeur » à l’ensemble des membres d’une communauté. Il aurait pour conséquence mécanique l’abolition du marché du travail et donc du chômage, en reconnaissant le travail effectué en dehors du cadre d’un emploi. De plus, le salaire à vie se doublerait de l’interdiction de la propriété lucrative et par la généralisation de la copropriété d’usage des entreprises et des services publics par les salariés ; le producteur étant ainsi libéré du double chantage à l’emploi et au crédit et serait collectivement maître de la valeur économique, donc du travail.
Ces propositions suscitent naturellement bien des questions. Cette initiative sera l’occasion d’en débattre avec Bernard Friot pour qui chômage, précarité et surexploitation du salariat ne sont, ni une fatalité, ni l’unique horizon promis aux générations futures. À ne pas manquer.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|