“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • En suivant Rousseau
  • 24 mars 2016,
    par Malicette
  • Les sujets de colère sont nombreux. Ils se cachent dans les détails de la vie de tous les jours. Des détails insignifiants pour nos dirigeants mais parfois d’énormes rochers pour les petites gens. Il en est ainsi des maladies et des accidents, des (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Des fusils à tirer dans les coins
  • 24 mars 2016
  • Des fusils à tirer dans les coins Plusieurs membres ont rendu leur Légion d’honneur à François Hollande pour protester contre la remise, début (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mars > N1383 > En suivant Rousseau

En suivant Rousseau

jeudi 24 mars 2016 , 64 : visites , par Malicette

Les sujets de colère sont nombreux. Ils se cachent dans les détails de la vie de tous les jours. Des détails insignifiants pour nos dirigeants mais parfois d’énormes rochers pour les petites gens. Il en est ainsi des maladies et des accidents, des attentes aux urgences, les si mal nommées qu’on devrait appeler simplement les attentes. Il en est aussi du SMUR ou SAMU, ce service hospitalier d’urgence qu’on est forcé d’utiliser si on est coincé quelque part avec un gros souci de santé. Ce service efficace devrait être gratuit selon les ARS, mais le patient reçoit la note, parfois lourde et… variable selon les départements.
Nous vivons dans une société libre ou qui croit l’être car nous allons aux urnes très souvent. Nous élisons des représentants qui font le contraire de ce qu’ils avaient promis et mettent ensuite le peuple au rebut. Ils le gardent en réserve pour les prochaines promesses et la prochaine élection. Jean-Jacques Rousseau disait qu’un peuple libre, c’était un peuple qui bâtissait ensemble, « Vous êtes perdus sans ressource si vous restez divisés. » Il ajoutait, comme s’il était parmi nous à voir le désastre de notre société  : « Le genre humain périra s’il ne change pas sa manière d’être. » Mieux encore, il explique que si l’art du tyran est de grignoter peu à peu les droits du peuple et d’usurper ainsi son pouvoir, le devoir du peuple est de s’y opposer farouchement, de façon « éclatante » pour « ruiner le despotisme ». Changeons donc les sujets de colère en sujets de bonheur.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|