“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

Dossier
  • Un toilettage ne suffira pas
    17 mars 2016

    Le fond demeure. Manuel Valls a rendu une nouvelle copie qui ne modifie en rien la philosophie libérale du projet de loi El Khomri. Si, recevant lundi 14 mars à Matignon les syndicats, le premier ministre a pris soin d’emballer avec soin les quelques concessions lâchées sous la pression des manifestations du 9 mars, le démantèlement de pans (...)

    Lire la suite
Le dessin

16 mars 2016
L'Humeur
  • Bande d’ignares !
  • 17 mars 2016,
    par Guy Cure
  • On a beau essayer de vous expliquer, vous ne voulez rien comprendre. À moins que vous ne puissiez pas comprendre. « Ces choses-là sont rudes… » On vous accuse de ne pas avoir lu le projet El Khomri alors que ceux qui laissent faire le connaissent par (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Géométrie variable
  • 17 mars 2016,
    par Guy Cure
  • Monseigneur Barbarin est un homme discret et compréhensif, préoccupé de paix et d’amour du prochain. Le comportement pédocriminel d’un de ses prêtres (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mars > N1382 > Un débat à ne pas manquer

Un débat à ne pas manquer

jeudi 17 mars 2016 , 270 : visites

L’université populaire de l’Aube organise, le 6 avril à Romillysur- Seine, une conférence - débat sur le thème : « Un salaire à vie ? C’est possible ! ».
Imaginons une société où chacun toucherait un salaire à vie, versé de façon inconditionnelle à partir de la majorité. L’échelle des revenus serait de 1 à 4, soit de 1 500 à 6 000 euros. D’une radicalité assumée, la proposition de Bernard Friot séduit autant qu’elle interroge. Qu’entendil par là ? Comment concrètement avancer vers la mise en oeuvre de cette idée ? Tels seront les sujets de la conférence de cet économiste et sociologue et du débat qui s’ensuivra.
Plus que jamais, face aux multiples attaques dont il est l’objet, il est utile de réfléchir et travailler à la recherche de solutions progressistes visant à donner au monde du travail la maîtrise des richesses qu’il produit par son labeur. L’utopie d’aujourd’hui n’est-elle pas grosse du possible de demain ?


Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|