“Gardez à l’esprit que, tôt ou tard, les grandes avenues s’ouvriront à nouveau pour laisser passer les hommes libres pour construire une société meilleure.”  Salvador Allende

L'Humeur
  • Vers le XIXème siècle
  • 10 mars 2016,
    par Malicette
  • Bernard Pharisien racontait qu’Auguste Renoir, à la fin de sa vie, n’aimait plus que le vin d’Essoyes, un vin pas terrible, mais un vin de proximité ! Son fils aîné, Pierre, l’artiste dramatique, notait qu’il s’agissait d’un vin « tiré d’un sol où les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mars > N1381 > ROMILLY EN BREF

ROMILLY EN BREF

jeudi 10 mars 2016 , 216 : visites , par Joë Triché

Cycleurope : emploi en roue libre
Fin 2015, l’effectif de l’usine romillonne est passé sous la barre des 200 salariés ; très exactement 190 contre 220 en 2014. On est bien loin du temps où cette entreprise comptait plus de 1 000 salariés et produisait 2 000 vélos par jour. Pourtant, le marché du cycle est toujours aussi dynamique. Mais les patrons ont délibérément choisi la délocalisation de leurs productions vers les pays à bas salaires et le développement des importations. Cycleurope n’y a pas échappé. Pas étonnant donc que les dépenses de l’assurance chômage et de RSA dans les départements explosent. Mais cela n’empêche pas les employeurs de passer à la caisse de l’État et d’empocher les baisses de cotisations sociales patronales et le CICE, entre autres.
... avec Vuillemin aussi
Il a annoncé, au dernier conseil municipal, qu’il ne remplacerait plus les départs à la retraite. D’ici 2020, 29 postes d’emploi public seront supprimés. Pour un maire qui ne parle que d’emploi, bravo ! À l’évidence, ce choix aura des conséquences sur les conditions de travail du personnel et la qualité du service à la population. Ajoutons à cela la précarisation de l’emploi qui se développe au sein du personnel communal. Une manière de détourner le statut de la fonction publique qui permet un déroulement de carrière tout au long de la vie professionnelle. Cette décision de la droite romillonne risque de se traduire par la privatisation de services dédiés aux habitants, car faire mieux avec moins de personnel n’a jamais été démontré.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|