“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • SILENCE DANS LES RANGS !
  • 3 mars 2016,
    par Guy Cure
  • C’est alors que des voix (modernes ?) réclament le rétablissement du service militaire obligatoire comme moyen d’éducation de la jeunesse que M6 sort une nouvelle émission de glorification d’une certaine conception de l’armée. Une coïncidence qui n’est (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • FACHO MACHO
  • jeudi 3 mars 2016
  • Le frontiste aubois, Bruno Subtil, a qualifié Valérie Debord (LR) de « mère maquerelle ». L’agression verbale s’est déroulée lors de la première (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mars > N1380 > le système libéral tue le monde paysan

Crise agricole

le système libéral tue le monde paysan

jeudi 3 mars 2016 , 382 : visites , par LDA

Alors que s’est ouvert le salon de l’agriculture, le monde paysan est en colère. Une vision alimentaire et agricole à tous les niveaux doit reposer sur une vraie ambition pour la société et sur la souveraineté alimentaire des peuples.

La crise agricole actuelle vient de loin. En témoignent un démantèlement de tous les outils de régulation, une accentuation de la libéralisation des marchés, un dumping social féroce et une concentration de l’agriculture dans les mains des géants de l’agro-industrie. Alors que les profits des groupes de la grande distribution flirtent avec les sommets, la paysannerie française est en grande difficulté. Par exemple, l’ensemble des filières d’élevage fait face aux chutes des prix qui cristallisent la colère des éleveurs. Le kilo de porc s’échange à 1 euro alors que l’accord de juillet 2015 devait aboutir à un prix d’achat producteur de 1,40 euro. Les producteurs de lait subissent des rémunérations inférieures à 0,30 euro par litre. En viande bovine, les cours sont catastrophiquement bas depuis des années, aux alentours de 3,51 euros/kg. Selon la Mutualité Sociale Agricole, environ 15% des exploitations (soit 51 000 domaines) ont un revenu annuel inférieur à 4 000 euros en 2015 (300 euros/mois). La cessation d’activité par dépôt de bilan se multiplie.
Autant les prix à l’achat sont bas pour les paysans, autant, à l’arrivée, ils sont élevés pour les consommateurs, ce qui est loin d’être un paradoxe mais, au contraire, l’effet du système libéral. Réguler les prix et les productions, refuser la course à l’agrandissement industriel en Europe, sortir l’agriculture des griffe de l’OMC, renouer avec la qualité et augmenter les revenus des paysans... sont autant de solutions susceptibles de sortir le monde agricole de la logique financière qui l’asphyxie.

http://www.pcf.fr/sites/default/files/conv-projet-la-france-en-commun.pdf

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|