“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • Un titanic de bêtise
  • 11 février 2016,
    par Malicette
  • Il y a une tendance aujourd’hui à flatter les idées les plus rétrogrades. C’est une façon d’accompagner les ef forts du pouvoir à casser les droits les plus élémentaires, les « conquis » comme disait Croizat. Et vlan sur le Code du travail « trop lourd et (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Romilly ville amie des enfants ? Mon oeil !
  • 11 février 2016,
    par Joë Triché
  • Le comité de l’Aube de l’UNICEF a accordé à la ville de Romillysur- Seine le label “Ville amie des enfants”. D’après l’article de presse du 7 février (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Février > N1377 > “la clef, c’est l’engagement populaire”

Interview de Pierre Laurent

“la clef, c’est l’engagement populaire”

jeudi 11 février 2016 , 247 : visites , par LDA

Pour le secrétaire national du PCF, F. Hollande et aucun de ceux qui soutiennent l’actuel gouvernement ne peuvent être ni “candidats naturels” ni “candidats légitimes” de la gauche en 2017. Dans une interview, il aborde aussi les enjeux du prochain congrès.

Vous vous êtes dit ouvert à la proposition d’une primaire en vue de 2017, comment le PCF entend éviter le piège de la personnalisation et du « vote utile » ?
PIERRE LAURENT : Les appels à une primaire citoyenne de la gauche ouvrent un débat salutaire. Je ne méconnais pas les doutes et les interrogations sur un tel processus. Mais je crois qu’il faut réfléchir à partir de l’essentiel, sans croire à une quelconque solution miracle. Soyons clairs : nous sommes dans une situation politique très dangereuse. Je n’oublie pas les régionales. Si rien ne bouge, ce qui s’est passé en PACA et dans le Nord peut se produire à l’échelle nationale. Alors que les forces vives de la gauche politique et sociale ne peuvent plus se reconnaître dans la candidature de François Hollande ou une autre défendant les mêmes choix, on veut nous enfermer dans un scénario dans lequel il serait présenté comme le seul à pouvoir porter les couleurs de la gauche au second tour face à la menace réelle du Front national. Cela ouvrirait la porte au détournement de toutes les voix de gauche au service de la recomposition libérale souhaitée par Hollande et Valls. C’est ce scénario que refusent dans leur très grande masse ceux qui signent les appels à une primaire à partir d’un constat et d’une volonté : François Hollande n’est ni le candidat naturel ni le candidat légitime de la gauche en 2017. Il faut donc construire un autre projet et une autre candidature. Alors, oui, toutes les questions sont là : personne ne sait si cette primaire est possible, son périmètre n’est pas défini, les risques de personnalisation au détriment du débat de projet existent… Mais je crois que la chance de rouvrir un large débat à gauche et dans le peuple doit être absolument saisie. La clef, c’est l’engagement populaire et nous pouvons jouer un rôle moteur pour cela. Je prends ma part en organisant [...] les forums publics que j’ai baptisés « les lundis de gauche ».

Le Front de gauche est-il appelé à jouer un rôle, alors que Jean-Luc Mélenchon semble prendre position pour être candidat ?
PIERRE LAURENT : Nous avons construit le Front de gauche pour que se lève une dynamique de toute la gauche sur un projet de rupture avec l’austérité. Allons-nous tourner aujourd’hui le dos aux forces disponibles pour une telle construction, alors même qu’elles n’ont jamais été aussi nombreuses ? Je compte donc sur l’engagement de toutes les formations du Front de gauche. Jean-Luc Mélenchon dit sa disponibilité pour être candidat. Pourquoi pas, mais pourquoi refuser d’inscrire cette proposition dans un processus collectif large où le projet comme la candidature peuvent être discutés ? Cela, je ne le comprends pas.

Certains y opposent notamment la possible participation, s’il s’agit d’une primaire, de François Hollande…
PIERRE LAURENT : Le piège est grossier. François Hollande veut être intronisé par le pouvoir sacré des institutions qui ferait du président sortant le candidat naturel. Il fera tout pour torpiller toute autre initiative à gauche. Nous devons briser ce cercle infernal et subvertir cette logique présidentielle. Les signataires des appels à la primaire que j’ai rencontrés sont motivés par le désir d’ouvrir la voie à un débat et un autre processus de candidature. Unir nos efforts, c’est se donner une chance de parvenir à déverrouiller le « tripartisme ». C’est une bataille et je ne propose pas de nous prosterner devant une primaire qui descendrait du ciel. J’invite les communistes, les militants du Front de gauche à prendre des initiatives pour faire entrer dans le débat les forces populaires qui risquent, sinon, d’être spectatrices de l’autoproclamation des candidats.
2016 sera aussi une année de congrès pour le PCF. [...] Quels en seront les enjeux ?
PIERRE LAURENT : Ce congrès, compte tenu des circonstances, ne peut qu’être exceptionnel. Nous allons le préparer dans l’action. D’abord, pour construire une offre forte et claire pour 2017. Le congrès aura à tirer un bilan des initiatives prises pour cela et à décider souverainement en conséquence. Deuxièmement, nous travaillons à un grand texte populaire pour dire le chemin d’émancipation que nous proposons à notre société. C’est à cet effort de conception et de formulation que nous allons consacrer une part importante de notre congrès. Enfin, le Parti communiste a beaucoup changé ces dernières années. Des générations nouvelles l’ont investi. Je crois qu’il est prêt à devenir une force politique nouvelle, capable de faire autrement de la politique, tel qu’y aspirent des millions de gens qui, comme nous, n’en peuvent plus de la sclérose actuelle du système. C’est le 3ème objectif que nous donnons à ce congrès [qui se déroulera du 2 au 5 juin 2016 - ndlr].

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|