“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • VIVE LES NAÏFS
  • 21 janvier 2016,
    par Guy Cure
  • Pas facile de proclamer la fraternité et de vouloir la faire vivre. Afficher ses haines est plus dans l’air du temps ; les urnes en témoignent. Alors, on ironise, on raille ceux qui sont allés récemment serrer des mains dans les mosquées. Bel hommage (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Janvier > N1374 > Les inégalités de richesses explosent !

Pauvreté

Les inégalités de richesses explosent !

jeudi 21 janvier 2016 , 272 : visites , par LDA

Oxfam, ONG spécialisée dans la lutte contre la pauvreté, dresse un bilan ravageur de l’explosion de l’injustice sociale à l’échelle planétaire. Une poignée d’ultra-fortunés détient autant de richesses que la moitié de l’humanité.

À quelques jours des libations occasionnées par la noce annuelle des puissances financières et politiques à Davos (Suisse), Oxfam vient de jeter un gros pavé dans le marigot. Dans un rapport rendu public en début de semaine et intitulé  : « Une économie au service du 1% », l’organisation révèle l’explosion des inégalités à l’échelle mondiale. Ainsi, en 2015, 62 individus détiennent à eux seuls des richesses équivalant à celles des 3,5 milliards de personnes les plus pauvres, alors qu’il y a 5 ans, les ultra-riches pesant autant que la moitié de l’humanité étaient 388.

7 600 milliards de dollars !
Partant de ces chiffres, Oxfam dénonce un « modèle économique fortement biaisé » en faveur de cette élite par qui « les revenus et les richesses sont aspirées à un rythme alarmant ». Au coeur du dispositif, les paradis fiscaux permettent de garantir que l’argent ainsi détourné restera hors de portée des états et des citoyens ordinaires. L’économiste Gabriel Zucman estime que 7 600 milliards de dollars - plus que les PIB cumulés de l’Allemagne et du Ryaume-Uni - sont soustraits dans des comptes offshore par de riches particuliers. L’ONG dénonce aussi l’essor des pratiques d’optimisation fiscale. « Seules les entreprises et les particuliers les plus fortunés - à savoir ceux qui devraient payer le plus d’impôts - ont les moyens de recourir à ces services et à ce maillage international pour éviter de payer ce qui est dû », dénonce Oxfam. Ce qui pousse les états qui ne sont pas des paradis fiscaux à alléger leur fiscalité sur les entreprises et la fortune, pénalisant les budgets des états, avec moins de recettes, que les gouvernement tentent de compenser de plus en plus par l’imposition indirecte (comme la TVA) qui affecte de manière disproportionnée les plus pauvres. Ce sont ces derniers qui doivent payer pour remplir les caisses que les riches, entre autre grâce à ce système, ont vidées.

Aucune richesse réelle
Toute cette ingénierie financière ne produit aucune richesse réelle pour la collectivité, mais, pire, accuse l’ONG, elle fragilise les états, qui ne disposent plus des moyens financiers nécessaires pour lutter contre la pauvreté et garantir les services publics les plus élémentaires. Et Oxfam de prendre un exemple : « près d’un tiers de la fortune des riches africains, soit 500 milliards de dollars, est placé sur des comptes offshore dans des paradis fiscaux. On estime que cela représente un manque à gagner de 14 milliards de dollars par an pour les pays africains. » Une somme qui couvrirait les soins médicaux susceptibles de sauver la vie de 4 millions d’enfants et qui permettrait d’employer suffisamment de personnels pour pouvoir scolariser tous les enfants africains. Oxfam, partant de ce constat, appelle les dirigeants mondiaux qui se sont réunis à Davos à « s’entendre sur une approche globale pour éradiquer les paradis fiscaux ». Notons ici que le gouvernement français a réduit à six sa liste 2016 des “états non coopératifs en matière fiscale” (les paradis fiscaux), dont aucun en Europe, plus courte que celle du Gafi (Groupe d’action financière) qui en compte quinze et que celle, récemment établie par la Commission européenne, avec trente pays dont plusieurs en Europe. Le rapport d’Oxfam prouve que s’il “n’y a plus d’argent”, c’est qu’il a été accaparé par une minorité : les 1%.


En France, 10% des plus riches ont accaparé 54% de l’augmentation des richesses depuis 2000.



La richesse globale de la moitié la plus pauvre de l’humanité
(3,5 milliards de personnes) a diminué de 41% en quatre ans.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|