“Aujourd’hui, quand vous vivez dans une famille ouvrière, vous avez peur que vos enfants tombent dans la misère. Pourquoi ? Parce que la politique actuelle contribue à accumuler des richesses.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Sécurité... quand tu nous tiens
  • 17 décembre 2015,
    par Malicette
  • Les haches de guerre de Valls et consorts, c’est la sécurité et l’état d’urgence. On va y avoir droit jusqu’aux présidentielles car toute menace de tsunami fait se barricader le peuple qui oublie ses griefs contre les seigneurs là-haut planqués dans le (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Décembre > N1369 > les élections passent, l’austérite demeure

Salaires

les élections passent, l’austérite demeure

jeudi 17 décembre 2015 , 285 : visites , par LDA

Pour la troisième année consécutive, le gouvernement a décidé de ne pas donner de “coup de pouce” au SMIC.
C’est le premier signal envoyé par l’exécutif pour faire comprendre que, quelque soit le message des urnes, il ne compte pas infléchir sa politique d’austérité sociale. Pour la 3ème année consécutive, il ne donnera donc aucun coup de pouce au Smic, le salaire minimum qui concerne 1,7 million de salariés du privé (11,1% d’entre eux). Avec, compte tenu du mode de calcul, une petite concession de 0,1%, tout de même, qui “boostera” le Smic... de +0,6%, soit une augmentation de 9,10 euros brut par mois. Cadrée dans la logique austéritaire, la ministre du travail, Myriam El Kohmri, juge que « dans le contexte actuel, [...] un coup de pouce n’est pas la meilleure solution pour augmenter le pouvoir d’achat, compte-tenu de ses effets sur le coût du travail et donc l’emploi. » La ministre s’est toutefois dite sensible aux fins de mois difficiles dans les foyers modestes et a déclaré qu’elle serait « attentive à ce que des négiociations s’ouvrent partout où les minima conventionnels seront inférieurs au Smic. » Une préoccupation touchante mais qui ne changera rien pour les salariés concernés, puisque dans les branches où les grilles de salaires commencent sous le Smic, les employeurs doivent respecter le minimum légal. « Le gouvernement continue comme s’il ne s’était rien passé », juge-ton du côté de Force ouvrière, alors que la CGT a qualifié « d’affligeant » le choix du gouvernement qui, au passage, a confirmé que sa réforme du Code du travail, attendue début 2016, maintiendra le Smic dans le « socle des droits intangibles » qui ne sera pas renvoyé à la négociation. Selon l’AFP, le gouvernement préparerait un « ensemble de mesures nouvelles pour l’emploi » qui seraient mises en place rapidement. Tout fait craindre un nouveau train de mesures de flexibilité. Valls l’avait annoncé pendant la campagne des régionales, le gouvernement n’entend pas virer de bord, et alors même que Cambadélis aimerait, dit-il, voir lui aussi quelques “inflexions”.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|