“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • Sécurité... quand tu nous tiens
  • 17 décembre 2015,
    par Malicette
  • Les haches de guerre de Valls et consorts, c’est la sécurité et l’état d’urgence. On va y avoir droit jusqu’aux présidentielles car toute menace de tsunami fait se barricader le peuple qui oublie ses griefs contre les seigneurs là-haut planqués dans le (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Décembre > N1369 > Deuxième saignée pour les assos

Romilly-sur-Seine

Deuxième saignée pour les assos

jeudi 17 décembre 2015 , 268 : visites

Une semaine après l’adoption du contrat de ville 2015/2020 et ses bons principes, la droite et le FN votent une nouvelle baisse de près de 10% des subventions 2016 aux associations locales. C’est un second coup de rabot après les 10% en moyenne de cette année.


PAR DANY BOUTEILLER, CONSEILLER MUNICIPAL

Pourtant, que de bonnes résolutions affichées au niveau de la prévention : la valorisation et la diversification du sport et de la culture, le lien social, la volonté d’agir sur les questions de santé. Il n’aura fallu qu’une semaine pour prendre conscience que, finalement, ces beaux desseins n’étaient que circonstanciels ou plus sûrement qu’hypocrisie. Ceux qui se battent au quotidien pour atteindre des objectifs utiles à la population, acteurs le plus souvent bénévoles du mouvement associatif, vont subir une saignée de 125 287 euros après une première purge d’Eric Vuillemin et de son équipe décrétée fin 2014. Où s’arrêtera la déraison ? La politique en la matière de la droite et de son allié de circonstance, le Front national, est empreinte de mépris à l’égard du monde bénévole. Elle fait suite à toute une série de revirements et de mensonges, alors que la reconnaissance et le respect devraient primer.

Un véritable gâchis
L’acharnement n’épargne personne : ni l’enseignement, ni la culture ou le sport, ni les secours, ni le social, ni la musique, ni même l’intérêt général. Les associations permettent pourtant de mieux se connaître et ainsi d’éviter les amalgames et toute forme de haine, de stigmatisation et de rejet de l’autre, reflet d’une ambiance nauséabonde aujourd’hui installée en partie dans notre société. Elles permettent la solidarité entre tous ; c’est notre histoire, elles créent le lien social, unissent celles et ceux a priori différents et donnent un sens au multi-culturalisme. L’association est un moyen de cultiver la citoyenneté. Elle doit être soutenue pour garantir l’intérêt général. Nous la défendons comme un pilier de notre démocratie dont nous savons qu’elle est précieuse, face aux menaces de toutes parts. La politique est faite de choix, ceux d’éric Vuillemin, de sa majorité et du Front National, ne favorisent pas le vivre-ensemble, l’éducation, la fraternité... Tout un état d’esprit dont pourtant les besoins sont criants en cette période. Quel gâchis ! Que les promesses électorales du candidat Vuillemin sont loin !

Une “charte” pour faire oublier l’essentiel
Et alors qu’il continue d’étrangler financièrement les structures, éric Vuillemin proposa au Conseil municipal du 12 décembre une “charte” définissant « les modalités de soutien de la ville au secteur associatif » (sans rire !). Sous le vernis de bonnes manières, la réalité est pourtant tout autre. Les associations n’ont pas besoin de charte sans valeur juridique, elles doivent bénéficier d’un réel soutien, un partenariat impliquant un dialogue sincère et une communication franche et transparente. Les moyens doivent être donnés pour faire vivre les projets. Une véritable réflexion sans concession doit s’engager au plus vite avec toutes les parties concernées car la situation va vite devenir intenable. Les élus PCF et partenaires ont proposé d’organiser une conférence locale permettant de susciter à Romilly un vrai et grand débat démocratique avec tous les acteurs locaux et permettant de définir des politiques qui répondent au mieux aux besoins de la population. Comme on pouvait s’y attendre, le maire refusa mais nous ne nous résignerons pas !

Manifestation, début février 2015, contre la première baisse des subventions municipales aux associations romillonnes.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|