“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • A la bastille
  • 3 décembre 2015,
    par Malicette
  • Le Français n’est pas drapeau ! J’ai quand même mis le mien. J’étais à peu près la seule de l’immeuble. Pénurie peut-être. On peut toujours se débrouiller. J’avais pendu d’abord trois chemisiers tricolores avant de me faire arnaquer par un vendeur futé. Je ne (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Etats d’urgences
  • 3 décembre 2015,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Soupe Freneuse moderne et coquilles Saint-Jacques à la vapeur florale (Freneuse, dans les Yvelines, était réputée au XVIIIème siècle pour ses navets). (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • MÉNARD, PÉTAIN, LAVAL... MÊMES FACHOS
  • jeudi 3 décembre 2015
  • Le maire d’extrême droite de Béziers, Robert Ménard, veut mettre en place une milice. Placardée cette semaine, une affiche (voir ci-contre) appelle (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Décembre > N1367 > “il faut engager des changements radicaux”

COP21

“il faut engager des changements radicaux”

jeudi 3 décembre 2015 , 203 : visites , par LDA

La COP21, ouverte sur des promesses, saura-t-elle aller au bout des défis ?

« Si l’on veut éviter une tragédie commune, il faut engager des changements radicaux, garantir la préservation des biens publics mondiaux et, pour cela, obtenir un accord contraignant », déclarait en ouverture de la COP21, le président de l’équateur, Rafael Correa Delgado, qui a aussi mis sur la table la notion de « dette écologique ». Message écouté mais pas forcément entendu par les grands de ce monde. Pourtant, la session inaugurale de la COP21, à laquelle participaient 150 chefs d’états et de gouvernements, a été une caisse de résonance où les pays en développement ont réaffirmé la responsabilité historique des pays industrialisés. En creux, l’idée que ces derniers n’assument pas toute leur part de responsabilité ; ni en termes de réductions d’émissions, ni en termes de financements accordés au pays du sud, eux aussi appelés à intensifier leurs efforts.
Que restera-t-il des intentions affichées à l’issue de la conférence ? En préambule de son discours, Barak Obama a bien lancé un « nous ferons tout pour sauver notre monde ». Passé ce moment d’universalisme et de volontarisme affiché, le président américain n’a pas desserré un seul des freins qu’impose son pays aux négociations climatiques. Si le rechauffement climatique reste une priorité absolue, les solutions doivent être trouvées dans le cadre du système économique et productif actuel. Et alors que France, Allemagne, Russie et d’autres grands pays industriels se disent favorables à un accord contraignant, les USA ne veulent se laisser imposer aucune mesure contraire à leurs intérêts, et ce tout en appelant à l’effort de tous.
Ce qui est en cause, comme le pointent les nombreuses mobilisations citoyennes, c’est bel et bien un modèle économique qui, parce que la planète et ses habitants ne sont pas sa priorité, sauf en termes de marché, ne peut pas répondre aux graves questions d’aujourd’hui. La décroissance est une chimère. L’enjeu, c’est une autre croissance. Que produit-on et pourquoi ? Qui décide ? Les actionnaires et les cours de la Bourse ou le souci du bien commun ? Ces questions-là ne seront pas posées à la COP ou marginalement. C’est aux peuples de le faire dans leur droit à prendre la parole et, en France aussi, à manifester.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|