“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

Le dessin

27 novembre 2015
L'Humeur
  • ILS FONT PEUR
  • 27 novembre 2015,
    par Guy Cure
  • Comme si les fous d’Allah ne suffisaient pas, qui brandissent un dieu aux couleurs d’enfer, avide de sacrifices humains, des fous de Dieu voudraient nous entrainer dans leurs haines, dans de nouvelles guerres de religions et croisades au service (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Novembre > N1366 > L’heure des défis

COP 21

L’heure des défis

vendredi 27 novembre 2015 , 167 : visites , par Rémi

La 21ème conférence des parties de l’ONU sur le changement climatique se tient du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, alors que 2015 sera, après 2014, l’année de tous les records en matière de réchauffement de la planète.
Vingt années de COP n’ont pas empêché les concentrations de CO2 d’atteindre, au printemps 2015, le niveau insoutenable de 400 ppm (parties par million). Les engagements des états avant l’ouverture de la conférence du Bourget, en matière d’abaissement des émissions de gaz à effet de serrre sont loin de garantir une limite du réchauffement à 2° C, le seuil à ne pas franchir pour éviter l’irréversible.
Depuis le sommet de Rio, en 1992, et la mise en place de la convention-cadre des Nations- Unies sur le changement climatique, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 60%. Pourtant, chaque année, un sommet mondial sur la crise climatique réunit chefs d’états, organisations internationales, collectivités, entreprises, experts... Et pourtant, toujours pas ne serait-ce qu’une ébauche d’inversion de la courbe des émissions. Pourquoi ?
Les états les plus pollueurs et les lobbies des multinationales pilotent les négociations dans une logique de profit.
Nous sommes bien loin d’une démarche envisageant une vision globale et solidaire du développement humain durable préservant la planète et l’humanité, réduisant les inégalités et les injustices notamment pour le droit à l’énergie. Ce qui prévaut, ce sont toujours et encore les valeurs financières des actionnaires du CAC40, les logiques des 1% qui détiennent 50% des richesses mondiales. C’est à eux de payer ! Mais le capitalisme est inamendable. Il ne veut pas que l’on touche à son mode de vie consumériste et expansif, qui est inconciliable avec la préservation de l’environnement, le développement humain, la satisfaction des besoins essentiels des populations pour bien vivre. Pour les communistes, agir avec les peuples, ici, en Europe et dans le monde, afin de parvenir à un accord ambitieux à Paris, c’est permettre d’ouvrir la voie à un rassemblement majoritaire pour une alternative progressiste vers un mode de production et de consommation respectueux de la planète.
Le gouvernement français parle, mais il répond surtout aux intérêts des grandes firmes (Total par exemple), ainsi qu’aux injonctions des dirigeants européens qui assouplissent les normes polluantes du diesel. Dans l’énergie, il privatise, démantèle le tissu industriel et s’attaque aux services publics. L’heure n’est plus au double langage ! L’urgence est à la réduction massive de l’utilisation des énergies carbonées et à l’efficacité énergétique. La France, avec son mix énergétique est bien placée, mais de très importants efforts restent à faire dans les secteurs prioritaires du transport et de l’habitat. Pour cela, il faut sortir des politiques d’austérité et dégager des moyens budgétaires conséquents. Ces enjeux sont ainsi au coeur de l’engagement des candidat-e-s communistes sur les listes pour des régions solidaires et écologiques, qui seront de toutes les initiatives sociales, culturelles et politiques afin de faire grandir ces exigences.

Réchauffement : qui est le plus touché ?
100 millions de personnes supplémentaires
pourraient basculer dans l’extrême pauvreté à l’horizon 2030 si
le réchauffement dépasse les 2° C (Banque mondiale).
22 millions : nombre de “réfugiés climatiques” dans le
monde en 2013. trois fois plus que de personnes dépacées à
cause d’un conflit (Haut-commissariat pour les réfugiés de
l’ONU).
400 millions : nombre de personnes touchées par une
élévation du niveau des mers (plus de 6 m) si le réchauffement
dépasse les 3° C. 280 millions s’il dépasse les 2° C (plus de 4 m).

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|