« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

L'Humeur
  • L’horreur demain ?
  • 19 novembre 2015,
    par Jean Lefevre
  • L’horreur est dans Paris sous les balles et ça me rappelle le poème d’Éluard, Courage : « Paris a faim, Paris a froid… » Éluard parle d’un Paris humilié, mais d’un Paris vivant, car debout, rebelle, et finalement vainqueur. Et bien sûr je pense au Paris de (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Novembre > N1365 > Emouvante cérémonie au “Camp Jules-Ferry”

MÉMOIRE

Emouvante cérémonie au “Camp Jules-Ferry”

jeudi 19 novembre 2015 , 274 : visites , par Jean Lefevre

L’ADIRP( [1]) de l’Aube réclamait depuis un certain temps qu’une plaque soit apposée dans la cour de l’école primaire Jules-Ferry de Troyes (rue Jean-Lacoste).
Cette école fut en effet transformée en 1940 par les occupants nazis et par Vichy en un Centre d’internement pour les « refoulés du Nord » anglais et belges, juifs, communistes et autres « indésirables ». La revue « Bourse du travail » raconte cette épopée (n° 21 et 22).( [2]) La municipalité, qui avait accédé à cette demande, a donc permis qu’une belle cérémonie se tienne dans ce lieu en présence des enfants, de nombreux parents, des professeurs, du directeur M. Dorléat et de l’ancien directeur, M. Messain, également très impliqué. Deux anciens internés étaient présents, Mme Léonie Konieczka et M. Vincent Arthur, émus aux larmes. Ils y étaient restés enfermés plusieurs mois avec leurs parents.
Le plus impressionnant fut la prestation des élèves récitant ou lisant des textes dans une parfaite synchronisation, des enfants efficaces, pertinents, rigoureux, certains disant leur texte sans la partition. C’était du Mozart frisé au petit fer, un hymne à la liberté et à la lutte qui résonnait comme un pressentiment des tueries qui allaient se produire cinq heures plus tard à Paris. François Baroin était présent pour dévoiler la plaque avec les deux témoins et en présence des notables.
On pourrait regretter que la presse n’ait pas cru en faire une page historique. Les évènements parisiens en sont cause. Il serait utile qu’elle y revienne tant cet événement a été occulté pendant tant d’année et malgré une première étude faite par M. Jean-Claude Bibolet en 1998. La plaque rappellera cependant aux maîtres et aux élèves que ce lieu fait partie de la mémoire dramatique de Troyes.

Notes

[1Fédération des Déportés, Internés, Résistants, Patriotes.

[243, rue Jean-Lacoste Troyes. Courriel : anna.zajac sfr.fr

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|