“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • QUE FAIRE ?
  • 29 octobre 2015,
    par Guy Cure
  • C’est un petit village de Haute-Marne. Un village bien calme dans une région bien calme. Sauf qu’une route le traverse, empruntée par des cohor tes de camions. Un habitant excédé par ces fréquentations malsaines, bruyantes et dangereuses a manifesté (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Les fachos n’ont peur de rien
  • 29 octobre 2015,
    par Malicette
  • La semaine dernière dans la Dépêche, nous épinglions Netanyahou qui, non content de faire subir aux Palestiniens la loi du talion, leur met sur le (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • LES ÉLUS VOYOUS DE LA DROITE
  • jeudi 29 octobre 2015
  • « C’est un plaisir que d’être hors-la-loi, surtout face à une loi soviétique », a déclaré sur Europe 1 le député-maire de Maisons-Laffitte, (LR), Jacques (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Octobre > N1362 > Une hirondelle ne fait pas le printemps

Chômage

Une hirondelle ne fait pas le printemps

jeudi 29 octobre 2015 , 248 : visites , par Rémi

La diminution du chômage de catégorie A en septembre s’accompagne d’une montée du travail précaire et du chômage des seniors. Le gouvernement se fait mousser, l’oeil rivé sur le calendrier électoral.

1,4% dans l’Aube, - 0,7% au niveau national pour la catégorie A, le gouvernement joue le couplet de la fausse modestie après avoir eu soin de faire mousser les chiffres par les médias. Une baisse du chômage qui tombe à point nommé, à quelques semaines des élections régionales. D’abord, il faut noter que la courbe du chômage n’a pas été inversée puisque, sur un an, il progresse de 3,1%. En second lieu, cette “embellie” est dûe à plusieurs facteurs (taux d’intérêt bas, politique accommodante de la BCE, baisse des prix de l’énergie, baisse de l’euro) sur lesquels le gouvernement français n’a pratiquement aucune influence, mais qui ont positivement impacté une situation économique qui se caractérise par une croissance rien moins que léthargique. Or il est une évidence : pour inverser de manière durable la courbe du chômage, il faut une croisance forte. Au minimum 1,5%, et ce n’est pas un hasard si Michel Sapin, lors des discussions sur le budget 2016, a sorti ce chiffre de son chapeau pour l’an prochain. On verra. Si les derniers chiffres font apparaître une baisse de la catégorie A, nombre de chômeurs n’en ont n’en ont pas pour autant fini avec la galère, puisque les catégories B et C ont progressé de 1,2% pour la première et de 1,5% pour la seconde. Autrement dit, ils ont trouvé un emploi précaire en CDD ou en interim. Ainsi, dans l’Aube, l’effet vendanges, chaque année à pareille époque, se fait ressentir. Quant aux sorties de Pôle emploi, seulement 19,8% le sont pour une reprise d’activité ; 8,3% pour une entrée en stage, 8,1% pour arrêt de recherche (maternité, maladie, retraite) et 9% pour radiation. Le gouvernement met l’accent sur la baisse du chômage des moins de 25 ans, qu’il attribue aux contrats aidés mis en oeuvre depuis 2012. Un pis-aller temporaire dont l’efficacité pour permettre de réintégrer par la suite un vrai travail est très relative, selon les bilans des dispositifs quasi-similaires qui les ont précédés. Pas d’embellie non plus du côté des seniors de plus de 50 ans - malgré les “contrats de génération”
- qui forment le gros du bataillon (la moitié) des chômeurs de longue durée, et dont le nombre a augmenté de 1% en septembre et de 10,4% en un an. Pour Myriam El Khomri, la ministre du travail, « nous sommes sur une reprise économique, le climat des affaires est meilleur ». Cette auto-congratulation aux accents de méthode Coué tient-elle compte des plans massifs de licenciements, entre autre à Air France ou Areva (2 700 suppressions d’emplois d’ici à 2017) ? Mais côté gouvernement, on a l’oeil vissé sur la présidentielle et l’annonce de F. Hollande de conditionner sa candidature à l’inversion de la courbe du chômage. On fait feu de tout bois, y compris d’un oracle de l’Unedic annonçant une baisse en 2016, avant d’y mettre un bémol en précisant qu’il s’agit d’un « outil de décision », pas d’une certitude !

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|