“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • J’ai la rage
  • 22 octobre 2015,
    par Malicette
  • T’as vu qu’ils vont encore nous rajouter un an pour la retraite ? Et le montant va baisser. Et, subtile manoeuvre, le gouvernement sera tenu d’entériner. C’est du grand art ! Pour réussir ce beau coup, il a besoin de syndicats complices. Complices (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Lune artificielle
  • 22 octobre 2015,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Par les temps qui courent, le gouvernement ne fait pas sa mijaurée lorsque lui arrive un nouveau soutien. C’est l’UDE, union des démocrates et des (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2015 > Octobre > N1361 > Avec le front de gauche : nos vies d’abord !

élections régionales

Avec le front de gauche : nos vies d’abord !

jeudi 22 octobre 2015 , 513 : visites , par LDA

Tête de liste pour la grande région Est, Patrick Péron et ses co-listiers Aubois sont allés, mardi 20 octobre, à la rencontre des salariés et de la population de notre département.

Une vidéo est disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCM8xO0gYbRvI6KZdSEePm7A


Bar-sur-Aube était la première étape de la visite de P. Péron. Josiane Mayor, 2ème de liste, a tenu à témoigner des conditions de vie de plus en plus difficiles de la population à Bar-sur-Aube. Les vagues de licenciements ont cassé le tissu social, l’incertitude est omniprésente et les salariés ne conservent leurs acquis que par une lutte constante, face aux patrons qui utilisent la variable d’ajustement que sont les intérimaires, pris et jetés comme des malpropres. Le Barsuraubois est devenu un désert médical où accoucher présente un véritable risque pour la mère et l’enfant. Nous ne pouvons ccepter que ces conditions de vie, déjà difficiles, s’aggravent encore.


Visite à Coursan-en-Othe de l’entreprise artisanale « Le Comptoir des confitures », créée par Catherine Manoël. Implantée au coeur du pays d’Othe, cette entreprise prouve qu’avec la passion et la recherche d’innovations, il est possible de revitaliser un territoire, si éloigné soit-il de la ville. Catherine Manoël tient à utiliser des fruits achetés aux producteurs locaux, en conformité avec ses critères de qualité, et est consciente du rôle social de son entreprise. Elle espère ainsi pouvoir créer à terme des emplois stables. Voilà un bel exemple de ce qui, pour la liste « Nos vies d’abord ! », pourrait, en se multipliant grâce à un soutien actif de la Région, valoriser un territoire, créer de l’emploi et éviter la désertification rurale.


Saint-André-les-Vergers - Petitjean
Il aura fallu une chemise déchirée pour que les médias découvrent la violence des rapports sociaux et, bien entendu, lancent une campagne hargneuse contre les syndicats et les salariés en lutte. On ne le clamera jamais assez : la violence est du côté du patronat qui casse les emplois de nos industries. Les “irresponsables”, ce sont les dirigeants politiques du PS, de la droite et du FN qui prennent tous fait et cause pour les licencieurs d’Air France, traitant les salariés comme de vulgaires voyous. Pour les défendre, les salariés peuvent compter sur les communistes et leurs partenaires du Front de gauche. C’est le message qu’ont souhaité délivrer P. Péron, J.-P. Cornevin, J. Mayor et leurs co-listiers aux syndicalistes de Petitjean.

Troyes - Hôpital : un lieu qui n’a pas été choisi au hasard, tout comme la présence à ce point de rencontre de Didier Cloos, médecin généraliste et candidat sur la liste du Font de gauche (photo médaillon). Car en matière de santé, l’Aube est de plus en plus mal lotie, glissant rapidement vers un désert médical. Situation déjà préoccupante et qui va s’aggraver avec la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale) qui met en concurrence les territoires. Services d’urgences saturés, fermetures de services dans les hôpitaux publics (pour le grand bonheur des cliniques privées), manque de médecins généralistes dans certains secteurs du département... mais aussi coupe de 3,4 milliards en 2016 dans les comptes de l’assurance-maladie : des questions loin d’être déconnectées de l’enjeu des élections régionales, à un moment où le service public de la santé est charcuté à vif par le gouvernement.




Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|