« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

L'Humeur
  • LA PREUVE PAR LE COCHON
  • 27 août 2015,
    par Guy Cure
  • Au départ, il y a une préoccupation généreuse : produire plus pour nourrir une humanité de plus en plus nombreuse. Il y a aussi une préoccupation sordide : faire du fric en profitant des besoins en nourriture d’une humanité de plus en plus nombreuse. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • L’église fait problème
  • 27 août 2015
  • L’église fait problème Dans la commune de Bercenay-en-Othe, pour améliorer l’image de l’église restaurée, le maire voudrait abattre 52 tilleuls et (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Août > N1353 > Une Leçon de démocratie de plus

Nouvelles élections en Grèce

Une Leçon de démocratie de plus

jeudi 27 août 2015 , 321 : visites

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a démissionné et annoncé la tenue de nouvelles élections législatives qui devraient avoir lieu le 20 septembre.
Une annonce qui n’a dû surprendre que ceux qui, avec « l’accord du 13 juillet » et le « 3ème plan d’aide » d’août, nourrissaient l’illusion, ou l’espoir, que le peuple grec et son premier ministre avaient définitivement été battus dans leur exigence d’une rupture avec les politiques d’austérité et de reconquête démocratique. Le discours du 20 août est un discours d’appel à la mobilisation et à la riposte du peuple grec. Un chapitre se ferme, un nouveau s’ouvre déjà, appelant les grecs à se mobiliser pour se doter d’un gouvernement qui luttera contre l’impact de ces mesures austéritaires sur les classes populaires et pour « regagner [leur] souveraineté face aux créanciers ». On est loin d’un renoncement et d’une trahison, mais bien dans un combat politique âpre.
Une petite musique s’installe pour faire croire qu’Alexis Tsipras entendrait « donner des gages » aux créanciers de la Grèce ou que ce scrutin ne viserait qu’à « sauver Syriza » ou « à régler ses problèmes internes », ce que le dirigeant grec a précisément refusé. D’autres se font fort de présenter à l’opinion publique française l’image d’un dirigeant qui aurait tourné casaque. Il ne vient à personne, parmi ces “grands esprits”, l’idée que c’est le principe démocratique qui guide l’action du premier ministre grec, lorsqu’il déclarait le 20 août : « Jugez-moi par un vote ». Tout ceci n’a pour unique objectif que de redorer le blason de ceux qui, en France et à commencer par le président Hollande, ont jeté le gant sans même tenter de combattre les impératifs de l’austérité.
Le débat sur la nature de la construction européenne et son avenir, que le peuple grec a ouvert, ne se résume pas à une alternative qui serait soit « accepter l’austérité » soit « prôner la sortie de la zone euro », voire de l’UE. Le peuple grec a, par ses votes des 25 janvier et 5 juillet, af firmé avec force l’exigence d’une autre Europe : solidaire et non austéritaire.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|