« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

L'Humeur
  • LA PREUVE PAR LE COCHON
  • 27 août 2015,
    par Guy Cure
  • Au départ, il y a une préoccupation généreuse : produire plus pour nourrir une humanité de plus en plus nombreuse. Il y a aussi une préoccupation sordide : faire du fric en profitant des besoins en nourriture d’une humanité de plus en plus nombreuse. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • L’église fait problème
  • 27 août 2015
  • L’église fait problème Dans la commune de Bercenay-en-Othe, pour améliorer l’image de l’église restaurée, le maire voudrait abattre 52 tilleuls et (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Août > N1353 > un père de famille géorgien Français. contraint par la préfète à abandonner les (...)

un père de famille géorgien Français. contraint par la préfète à abandonner les siens !

jeudi 27 août 2015 , 304 : visites

Vendredi 28 août, avait lieu à Troyes un rassemblement devant la préfecture de l’Aube à l’appel du collectif de soutien à une famille d’origine géorgienne.
Monsieur Kasoev, son épouse et leurs quatre enfants, sont arrivés en France en novembre 2010, leur cinquième enfant est né en France en novembre 2011 et tous sont scolarisés. Le collectif s’était déjà mobilisé en octobre 2014 à la suite d’un placement en rétention administrative du père de famille dans le but de le renvoyer seul en Géorgie. Suite à une demande de régularisation en qualité d’étranger malade déposée en août 2014, l’Agence Régionale de Santé a donné un avis sur deux points : 1 - monsieur est malade et le défaut de soins met sa vie en danger, 2 - il ne pourrait bénéficier des soins nécessaires en Géorgie.
Malgré cet avis, la préfète a, par arrêté du 17 février 2015, rejeté la demande de régularisation aux motifs que les traitements appropriés existent en Géorgie et lui a notifié une obligation à quitter le territoire. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a confirmé le 18 juin cette décision car, estime-t-il, seule l’existence de soins dans ce pays doit être prise en considération par l’administration... même si l’intéressé ne peut y accéder ! La préfète a donc “invité” monsieur Kasoev à prendre seul l’avion, une place étant retenue pour lui sur un vol du 14 août. « Pourquoi un tel acharnement ? Comment pouvez-vous exiger d’un père qu’il abandonne sa famille ? », s’indigne le collectif de soutien, qui note que la décision de la préfète de l’Aube est contraire à l’article 3 de la Convention internationale des droits de l’enfant précisant que, dans toute décision, « l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale ». M. Kasoev a choisi de ne pas abandonner son épouse et leurs cinq enfants. à l’initiative du collectif une pétition peut être signée en ligne à l’adresse :
- http://www.petitions24.net/famille_kasoev


Le PCF de l’Aube soutient les initiatives du collectif.
Notre photo : rassemblement fin 2014 devant un collège à La Chapelle-Saint-Luc.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|