Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

L'Humeur
  • “la racaille à Pétain”
  • 23 juillet 2015,
    par Malicette
  • Madeleine Billat est intarissable quand on lui parle de son passé résistant et de sa déportation à Mauthausen. Interviewée en mars par l’Est-Eclair, elle osa dire : « J’ai été maltraitée par la racaille à Pétain ! » C’est son franc-parler. Elle y a droit. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Christine la rouge
  • 23 juillet 2015
  • Y aurait-il plus “radical” que le Premier ministre grec Alexis Tsipras ? Oui, Christine Lagarde ! La patronne du FMI n’y est pas allée avec le dos (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Juillet > N1348 > Et Cambadélis tire la couverture à lui !

Le communiste Roger Meï largement réélu (49,35%) à Gardanne...

Et Cambadélis tire la couverture à lui !

jeudi 23 juillet 2015 , 384 : visites , par LDA

Roger Meï a été réélu en frôlant la majorité absolue dans le cadre d’une élection triangulaire. Le patron du PS s’est approprié sans aucune pudeur la victoire, dit-il, d’une “gauche rassemblée” !

Dimanche dernier, le second tour de l’élection municipale partielle s’est déroulé à Gardanne, avec une issue victorieuse pour le communiste Roger Meï, le maire sortant. Le premier scrutin, traduisant la victoire de Roger Meï avec 69 voix d’écart (39,70%) devançant Jean- Brice Garella, divers gauche, avait été annulé par un jugement du tribunal administratif de Marseille, le 14 octobre 2014. Son adversaire “de gauche” avait en effet demandé l’invalidation du scrutin car, sur la liste de Roger Meï, figurait Jean- Marc La Piana, médecin directeur d’un établissement de soins palliatifs à Gardanne, qu’il estimait inéligible, jugeant que son domicile gardannais était fictif. Le tribunal a donné raison à Garella, estimant que Jean-Marc La Piana habitait en réalité Aix-en-Provence et ne payait pas d’impôts à Gardanne : “Il n’était pas inscrit au rôle des contributions directes.” Le tribunal avait jugé que cela était “de nature à influencer le vote de certaines catégories d’électeurs et de nature à altérer la sincérité du scrutin”, au regard du faible écart séparant les deux candidats. Roger Meï avait donc saisi le Conseil d’état qui avait confirmé la décision du tribunal de Marseille en annulant le scrutin. Le Parti Socialiste avait appuyé le recours de Garella, qu’il avait soutenu ainsi qu’EELV. L’élection de Roger Meï confirmée, Jean-Christophe Cambadélis a cru utile de réagir sur son compte Twitter... de manière inattendue. Le patron du PS, qui avait vu la liste PS-EELV laminée et éliminée dès le premier tour (7%), fanfaronne sur une victoire de “la gauche rassemblée” et qui “étrille le FN”. Isabelle Attard, députée de la 5ème circonscription du Calvados, ex-EELV et Nouvelle Donne, a répliqué dans un tweet assassin : “Rarement vu plus gonflé que Cambadélis”. Lorsque les communistes gagnent, Cambadélis s’approprie une victoire de la “gauche rassemblée”, alors qu’il a tout fait pour faire “tomber” Roger Meï, maire de la ville depuis 1977 et qui avait mené sa campagne sur les valeurs de justice sociale et de solidarité. De ce scrutin organisé en pleine période estivale, on peut tirer deux conclusions. La tactique de l’opposition de demander l’invalidation s’est avérée contre-productive. Les Gardannais n’ont pas compris - ou supporté - qu’un nouveau scrutin soit organisé pour un problème mineur concernant une personnalité de la ville connue depuis vingt ans. Ensuite, pour sa dernière campagne municipale (il a annoncé qu’il s’agirait pour lui du dernier mandat), Roger Meï, une grande figure du communisme des Bouches-du-Rhône, a remporté une victoire beaucoup plus large que ne le pensaient les observateurs. Il peut aussi s’enorgueillir d’avoir fait reculer le FN, qu’il a combattu durant toute sa vie politique. Quant au Figaro qui se demandait : “vers la fin de 70 ans de communisme municipal à Gardanne ?”, il lui faudra prendre son mal en patience.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1348

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|