Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Dossier
  • Assez ! déverrouillons la politique !
    28 mai 2015

    La France, l’Europe tout entière, s’enfoncent dans la crise. Il est urgent d’unir dans une action et vers un but commun toutes les forces qui veulent mettre fin aux politiques d’austérité. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, aborde dans une interview les échéances des mois à venir. élections régionales en décembre 2015, mise en débat de la (...)

    Lire la suite
Le dessin

28 mai 2015
L'Humeur
  • HEU !
  • 28 mai 2015,
    par Gérard Le Berre
  • J’ai remarqué que le ton, le timbre, le débit d’un discours en disent souvent bien davantage que le contenu. Il y a les Fierabras du discours, les marteleurs de vérités premières, genre Coppé, les glisseurs en douce de peau de banane comme Sarkozy. Il y (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Mai > N1340 > Coup de rabot sur les Aides au logement

Social

Coup de rabot sur les Aides au logement

jeudi 28 mai 2015 , 302 : visites , par Rémi

Le ministre des finances, Michel Sapin, a confirmé son intention de baisser en 2016 les prestations relatives à diverses aides sociales au logement qui soutiennent au quotidien 6,5 millions de familles.

Dans son ensemble, la politique actuelle du logement représente annuellement 46 milliards d’euros, dont 17 milliards d’euros de prestations au titre de l’aide personnalisée au logement (APL), des allocations de logement à caractère familial (ALF) et de logement social (ALS). Ces trois prestations, qui aident plus de six millions de foyers, sont aujourd’hui dans le collimateur du gouvernement.

Un nouveau filon
Pour résoudre l’équation austéritaire consistant à diminuer la dépense publique de 15 milliards d’€ en 2016 tout en accordant une rallonge de 600 millions à la défense, le gouvernement a trouvé un nouveau filon : le logement, qui serait une source « d’économies conséquentes » pour Michel Sapin. Rappelons ici que la réforme de la politique familiale, engagée en 2013 par J.-M. Ayrault et que Valls a poursuivie, a, selon la Caisse nationale des allocations familiales, pénalisé 3,2 millions de familles qui ont dû payer plus d’impôts après la baisse du quotient familial. Le ministre a sans doute voulu rire lorsqu’il a dit : « vous avez aujourd’hui des gens qui peuvent toucher de l’APL alors qu’ils ont de l’argent en banque ». Les revenus des foyers modestes vont effectivement sur leurs comptes bancaires et pas dans les paradis fiscaux ! C’est une nouvelle fois ceux qui sont le plus fragilisés par l’austérité qui vont être appelés à payer la note des “économies”, exigées par Bruxelles et mises en musique par le gouvernement. 300 à 400 millions d’euros d’économies par an sont actuellement envisagées, devant entrer en vigueur en 2016, et diverses mesures de diminution des aides sont à l’étude.

Addition à l’automne
Bien que le gouvernement s’en défende, elles raboteront les allocations. C’est à ce prix, estiment des parlementaires de la majorité, que le gouvernement pourrait atteindre ses objectifs. L’UMP Gilles Carrez, qui préside la commission des finances de l’Assemblée nationale, préconise de geler immédiatement les aides au logement et de réduire le plafond de ressources y ouvrant droit, ou d’en abaisser les montants. Il propose, de plus, de mettre en place un “comité d’alerte” qui pourrait, en cours d’année, revoir ces prestations en cas de « dérapages ». Mais pour les familles, entre la majorité, obligée sur ce dossier très sensible de marcher sur des oeufs et une droite qui voudrait sabrer à tours de bras, une certitude : l’addition leur sera présentée à l’automne à l’occasion des débats parlementaires sur le budget 2016. La progression des allocations versées depuis 2008 et à laquelle Michel Sapin veut remédier, s’explique bien plus par l’augmentation du chômage et par les hausses de prix des loyers et la spéculation immobilière que par ces « situations anormales » fustigées par un ministre en mal de bien commodes et opportuns boucs-émissaires.


De 300 à 400 millions d’euros d’économies sont envisagées sur les aides au logement.


 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1340

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|