Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Dossier
  • Assez ! déverrouillons la politique !
    28 mai 2015

    La France, l’Europe tout entière, s’enfoncent dans la crise. Il est urgent d’unir dans une action et vers un but commun toutes les forces qui veulent mettre fin aux politiques d’austérité. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, aborde dans une interview les échéances des mois à venir. élections régionales en décembre 2015, mise en débat de la (...)

    Lire la suite
Le dessin

28 mai 2015
L'Humeur
  • HEU !
  • 28 mai 2015,
    par Gérard Le Berre
  • J’ai remarqué que le ton, le timbre, le débit d’un discours en disent souvent bien davantage que le contenu. Il y a les Fierabras du discours, les marteleurs de vérités premières, genre Coppé, les glisseurs en douce de peau de banane comme Sarkozy. Il y (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Mai > N1340 > Le parti communiste honore ses martyrs

MÉMOIRE

Le parti communiste honore ses martyrs

jeudi 28 mai 2015 , 305 : visites , par Jean Lefevre

Le 26 mai dernier, les responsables et militant-e-s communistes de l’Aube ont déposé des fleurs au pied de plaques de rues portant les noms de quatre de nos camarades, héros de la Résistance Auboise.

Dans son allocution, le secrétaire départemental du PCF, Jean-Pierre Cornevin, s’est étonné, alors que quatre héros de la Résistance sont entrés au Panthéon à l’occasion du 70ème anniversaire de la Libération, de l’ostracisme dont ont été victimes les communistes dans la décision de F. Hollande. « La Résistance des femmes et hommes communistes a été essentielle », a-t-il déclaré, précisant que le parcours mémoriel organisé par les communistes aubois a été « l’occasion de réparer l’oubli des communistes dans le choix présidentiel ». La cérémonie était aussi un « appel à faire vivre les valeurs progressistes de la Résistance [...] parce qu’il y a 70 ans naissaient la Sécurité sociale et la retraite sous la houlette du ministre communiste Ambroise Croizat, conformément aux voeux du Conseil National de la Résistance, dont les acquis doivent toujours être défendus » dans la grave crise traversée par l’Europe et face à la poussée des forces d’extrême droite. Les communistes sont choqués par la décision du président de la République car, pour le dirigeant communiste aubois, « ce n’est pas seulement une grave injustice, c’est une falsification profonde de l’histoire nationale. »

Depuis longtemps, il a été demandé au maire de Saint-André-les-Vergers que le nom de Ferrouil, mal orthographié sur la plaque de rue, soit corrigé et que le prénom de Louise soit ajouté. Devant son refus réitéré, les communistes ont décidé d’apposer une nouvelle plaque.
Jean Lefèvre, directeur de La Dépêche de l’Aube et président de l’Association départementale des Internés, Résistants et Patriotes (ADIRP), a rappelé les parcours de quatre communistes “morts pour la France”, morts pour la liberté contre la barbarie nazie.

JULES ET LOUISE FERROUIL : Ce couple de maraîchers de Saint-André-les-Vergers militait depuis 1930 au PCF. Louise avait créé un Comité féminin contre le fascisme en 1934 avec Alice Cuvilliers. Tous deux s’engagèrent dans la Résistance et constituèrent un groupe dans lequel on trouvait Bernard Ballestié et Fernand Giroux, maire de Troyes à la Libération. Un résistant ayant parlé sous la torture, la Gestapo les arrête. Jules sera fusillé à Montchaux, le 19 avril 1942, Louise, déportée, meurt à Mauthausen le 17 mars 1945.

MAURICE ROMAGON fut le principal dirigeant communiste de l’Aube avant la guerre et conseiller général communiste de Saint-Julien. Arrêté en juin 1940 à cause du décret Sérol (visant particulièrement les communistes), il s’évada de prison. En septembre 1940, au château des Cours à Saint-Julien-les-Villas, il organisa, avec sept autres camarades, une rencontre restée célèbre car c’est le premier acte de Résistance dans l’Aube, n’en déplaise aux menteurs qui prétendent que les communistes ne se mobilisèrent qu’en juin 1941 quand les nazis attaquèrent l’Union soviétique. De nouveau arrêté le 13 octobre et conduit dans la forteresse de Clairvaux, il fut fusillé au matin du 7 mars 1942. Pierre et Raymond, ses enfants, furent déportés. Raymond mourut en 1945 à Buchenwald et Pierre en 1958 des suites de sa déportation.

MARGUERITE FLAVIEN-BUFFARD : En 1935, elle adhère au PCF après avoir pris la tête du groupe de vigilance antifasciste fondé par Paul Langevin. Elle aide les familles espagnoles réfugiées en 1936. Dirigeante communiste énergique et accomplie, elle est nommée, en 1939, professeur de philosophie à Troyes où elle fit la connaissance de Jean Flavien, dirigeant aubois du PCF, qu’elle épousa. Exclue de l’enseignement pour ses opinions, elle est arrêtée en septembre 1942 et internée dans plusieurs camps. Elle s’évade en 1943 et rejoint l’état-major FTPF à Lyon. Dénoncée, torturée par le sinistre milicien Touvier, elle se jette par une fenêtre pour ne pas parler. Elle n’avait que 32 ans.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1340

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|