Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

L'Humeur
  • NI... Ni...
  • 7 mai 2015,
    par Guy Cure
  • Ne pas écrire sous le coup de la colère ; laisser le temps apaiser l’indignation. Aujourd’hui, je peux dire : abject, odieux, infâme… D’autres mots me viennent à l’esprit, que la barrière de l’écrit m’empêchent d’utiliser. Ainsi, les tracts que j’écrivais (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le CARED frappe encore !
  • 7 mai 2015,
    par Jean Lefevre
  • Dernier invité du Cared() à Troyes, Laurent Obertone (pseudo pour protéger sa famille, dit-il) vient d’éditer « La France Orange mécanique ». Il y dit (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Mai > N1337 > L’état grec met les pieds dans le plat

Fraude et évasion fiscales

L’état grec met les pieds dans le plat

jeudi 7 mai 2015 , 300 : visites , par LDA

Le gouvernement grec a fait de la lutte contre la fraude fiscale des oligarques qui saignent à blanc le pays, une de ses priorités. Un des engagements pris devant le peuple et qu’il entend mener à bien... pour le bien du pays.

La fraude fiscale des riches grecs est devenue un sport national, à tel point que c’est la bagatelle de 20 à 40 milliards qui manquent chaque année dans les caisses de l’état. Le gouvernement d’Alexis Tsipras a engagé une réforme en profondeur du système fiscal. Un système réputé corrompu, inefficace et très inéquitable. Depuis 2010, les impôts des grecs les plus modestes ont augmenté de 337%... contre 9% seulement pour les grecs les plus fortunés ! Dans sa croisade contre les fraudeurs et l’évasion fiscale, le nouveau gouvernement vient de frapper haut et fort.

COUP DE SEMONCE
Malgré bien des embûches, le gouvernement veut en finir avec les oligarques grecs. Premier coup de semonce - ou de tonnerre - la semaine dernière, avec l’arrestation de Léonidas Bobolas, “un très gros poisson” dont les intérêts vont du bâtiment aux médias, en passant par le secteur de l’énergie. Les services fiscaux du pays réclamaient 1,964 million d’euros d’impôts impayés et ont demandé son arrestation aux motifs de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Les noms de Léonidas et de Fotis (son frère) Bobolas étaient mentionnés dans une liste, transmise par Christine Lagarde en 2010 à l’ancien ministre grec des finances, Giorgos Papaconstantinou, qui a signé tous les accords avec la « troïka » imposant à son pays une terrible austérité. Une liste qui révélait les noms de 2 000 contribuables grecs ayant transféré des fonds dans la banque suisse HSBC et que l’ancien gouvernement grec avait mise sous le boisseau. Soupçonné d’avoir dissimulé à l’étranger 4 millions d’euros, L. Bobolas a été relâché après avoir versé 1,8 million d’€ à l’état. Les “ennuis” de cet oligarque marquent la fin d’une ère d’impunité pour les richissimes fraudeurs. Au total en Grèce, 5% des fraudeurs doivent à l’état 85% des impôts impayés. Une masse d’argent dont le peuple grec a cruellement besoin.

MILLE MILLIARDS PAR AN
Le gouvernement grec, qui fait de la lutte contre la dissimulation fiscale une de ses priorités, est bien sûr en butte aux forces de l’argent dans le pays et en Europe. Il n’y a, pour s’en convaincre, que de voir le lynchage médiatique déchaîné à l’encontre du ministre des finances, Yanis Varoufakis. Son seul tort et celui d’Alexis Tsipras étant de résister aux instances libérales européennes et de leur démontrer que l’austérité est bien le problème et non la solution. On estime à mille milliards d’€ par an le montant de la fraude fiscale en Europe et à 60 milliards en France. Alors que filières et destinations de cet argent soustrait aux états sont connus, le laxisme actuel des gouvernements français et européens n’a aucune justification. Cet argent détourné par les riches des caisses publiques est de l’argent volé aux français et aux citoyens européens. Les maux sont connus, mais les moyens de les combattre aussi. Ajouté à un dispositif au niveau européen obligeant les banques à communiquer leurs données, la France doit aussi faire de la restitution des sommes détournées illégalement une priorité nationale. Une lutte efficace et déterminée passe par un renforcement, à la hauteur de l’enjeu, du nombre des fonctionnaires de l’administration fiscale. Cela implique de mettre en oeuvre une réforme qui rende plus juste la fiscalité et qui renforce, notamment, la taxation des dividendes et du capital.


Au total, en Grèce, 5% des fraudeurs doivent à l’état 85% des impôts impayés.


 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1337

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|