Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

L'Humeur
  • Vu de loin
  • 23 avril 2015,
    par Guy Cure
  • Pas facile de comprendre les conséquences de la restructuration du Technicentre de la SNCF à Romilly. Une lecture attentive de la presse locale laisse dubitatif. Le titre annonce qu’on passe de 530 à 200 emplois. Une lecture plus attentive montre (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • QUE VEUT FILOCHE ?
  • 23 avril 2015
  • Gérard filoche était l’invité de l’université populaire (upopaube) qui ne l’a pas regretté. 200 personnes s’étaient déplacées, le 15 avril, au centre (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • AUCUNE EXCUSE
  • jeudi 23 avril 2015
  • François Hollande a fait dire qu’il ne ferait pas d’excuses au Parti communiste après sa comparaison scandaleuse. A en croire l’élysée, il n’aurait (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Avril > N1335 > les élu-e-s communistes et partenaires demandent qu’un conseil municipal se (...)

les élu-e-s communistes et partenaires demandent qu’un conseil municipal se tienne au technicentre

jeudi 23 avril 2015 , 277 : visites

Les conseillers municipaux communistes et partenaires demandent la tenue d’un Conseil municipal exceptionnel consacré à l’avenir du technicentre de Romilly-sur-Seine.
« Symbole fort et initiative utile », ils proposent que cette réunion soit organisée au sein même du technicentre afin de permettre l’expression des représentants des cheminots. Dans un courrier adressé au maire, le 20 avril, les élus du groupe estiment que « la manière dont ont été rendus publics cette décision et le contenu des propositions qui ont été formulées ne sont pas de nature, à ce stade, [les] rassurer tant la perte d’emplois qualifiés directs et indirects serait importante et tant l’abandon d’un outil industriel qui a bénéficié de très importants investissements seraient définitivements actés ». Des élus qui se disent « plus que dubitatifs » sur le fait que tout le monde aurait découvert cette annonce lors de la réunion de la semaine dernière en préfecture.
« Nous refusons de considérer que les annonces faites par la SNCF ne puissent évoluer », ont-ils écrit, précisant que d’autres pistes « peuvent et doivent être étudiées et [qu’il leur] semble indispensable de prendre en compte les propositions que formulent les représentants des salariés ». Au regard de ses propos dans les médias, on voit mal quel prétexte éric Vuillemin pourrait invoquer pour ne pas faire droit à cette demande.


Hélène Turquin, Pierre Mathieu et Dany Bouteiller estiment
que “d’autres pistes peuvent et doivent être étudiées”.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1335

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|