Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

L'Humeur
  • La culture, entre rêve et réalité
  • 26 mars 2015,
    par Guy Cure
  • Quand ils entendent le mot « culture », ils sortent revolvers et bulldozers. Aujourd’hui comme hier, les oeuvres d’art sont des cibles. En France, depuis le janvier tragique, les associations culturelles sont sollicitées pour intervenir dans les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Mars > N1331 > Résistance !

Déclaration du Front de Gauche - Aube.

Résistance !

jeudi 26 mars 2015 , 287 : visites

Les candidates et candidats du Front de Gauche tiennent à remercier chaleureusement les 9 599 électrices et électeurs aubois qui leur ont apporté leurs suffrages, et en ont fait ainsi, avec 12% des voix, la première force de gauche dans notre département.

Malheureusement, la défiance et la misère causées par la poursuite insensée de politiques d’austérité inefficaces ont poussé de trop nombreux Aubois à voter pour le Front National.
Le Front National, pourtant, c’est l’extrême-droite dont le message n’est que haine. Haine contre son voisin, contre les plus pauvres. Il est le soldat du capital et pas le protecteur des gens qui souffrent.
La colère de toutes celles et ceux qui n’arrivent plus à vivre dignement est à son comble quand ils voient les renoncements du gouvernement vis- à- vis des pouvoirs de la finance, des actionnaires du CAC 40, et des oukases de l’Union européenne. Elle est à son comble lorsqu’on leur demande, à eux et non aux nantis, toujours plus de sacrifices sans autre résultat que la montée du chômage et de la pauvreté. Dans l’Aube, ce sentiment d’abandon est renforcé par la politique de la droite et son cortège d’injustices.
Comme dans le pays tout entier, la percée du Front national est chez nous autant la conséquence de ce désarroi, de ce ras-le-bol généralisé, que celle d’un long processus de banalisation de son projet liberticide et ruineux. Tous ceux, médias et responsables politiques, qui ont favorisé cette banalisation et le danger qu’elle fait courir à la démocratie, sont maintenant face à leurs responsabilités.
Dans cette situation difficile, le premier mot d’ordre du Front de Gauche dans l’Aube, comme partout en France, sera « résistance » : comme aux heures sombres du combat contre le fascisme, nous travaillerons à promouvoir la solidarité et la justice, nous organiserons la mobilisation collective, nous préparerons, avec toutes celles et tous ceux qui veulent garder un espoir pour notre pays, de nouveaux jours heureux.



Résister, dimanche, c’est faire barrage au Front National,
à sa politique sans issue de haine et d’exclusion. C’est un devoir moral et une exigence républicaine qui doit fonder tous les combats à venir.


Le Front de Gauche ne se résigne pas et l’heure est venue de redonner espoir et d’éclairer l’avenir en promouvant l’Humain d’abord ! Il le fera, comme le fait depuis le 25 janvier, le peuple de Grèce contre les puissances financières et la bureaucratie européenne. Tout est possible, ne lâchons rien !

AUBOIS, QU’AVEZ-VOUS FAIT ?
Le Conseil général de l’Aube était depuis longtemps une baronnie où siégeaient 28 cumulards de droite sur 33 qui se moquaient du malheur des gens comme de leur première chemise. Demain, ils seront 34 sur 34. Il manquera juste les deux voix qui portaient haut la colère des petites gens et des salariés en lutte. Celles des deux conseillers généraux communistes que l’on retrouvait aussi très souvent tôt le matin à distribuer des tracts devant les usines, toujours prêts à se mobiliser pour défendre la voix de sans voix. Les seuls qui ont dénoncé le scandale de la subvention d’équilibre de un million d’euros versée à l’école privée de commerce alors que, dans le même temps, les notables de droite infligent toujours plus de sacrifices aux familles en supprimant la gratuité des transports scolaires et en refusant la prise en compte des ressources afin de réduire le prix de la restauration scolaire. Les familles populaires, celles et ceux pour qui le mot justice sociale a encore un sens et qui n’ont pas voté Front de gauche, se sont tirés une balle dans le pied ! PASSY CONNH

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1331

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|