“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

L'Humeur
  • Le père noël ne répond plus
  • 2 janvier 2015,
    par Guy Cure
  • Ça a commencé tout doucement : un journal qui n’arrive pas, un courrier qui ne m’est pas destiné qui échoue dans ma boite. Et puis la situation s’est brutalement dégradée le 10 décembre. Le facteur passait régulièrement, mais une fois tous les trois (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Janvier > N1319 > Grèce : élections législatives le 25 janvier. Le spectre de Syriza hante (...)

Grèce : élections législatives le 25 janvier. Le spectre de Syriza hante Bruxelles

vendredi 2 janvier 2015 , 179 : visites , par Rémi

Le 29 décembre, pour la 3ème fois, les députés grecs ont échoué à élire un nouveau président. La coalition de la gauche anti-austéritaire, Syriza conduite par Alexis Tsipras, est donnée favorite aux législatives anticipées.

Ils sont à cran. à cran et hargneux. Aussitôt consommé l’échec à élire un président et fixée la date (le 25 janvier) d’élections législatives, le FMI annonçait la suspension du versement de sa prochaine tranche d’aide à la Grèce. Bruxelles, de son côté, à l’unisson avec le ministre allemand des finances, a bien du mal à dissimuler son inquiétude derrière des discours qui se veulent rassurants mais réaffirment que « le nécessaire processus de réformes » est « essentiel » et qu’il n’y a « aucune alternative ». Mais il y a un “hic” : ce “processus” a conduit la Grèce au bord du gouffre.

FRÉNÉSIE CHEZ LES FINANCIERS
Adéfaut de surprendre, il est facétieux de lire dans un “mémo” réalisé par des analystes de Capital Group, un des plus gros fonds d’investissements au monde, que les propositions du leader de la coalition anti-austéritaire, Syriza, mèneraient au « chaos total ». Peut-être voulaient-ils parler des marchés boursiers ? Mario Draghi, comme il l’a fait pour l’Irlande et Chypre, menacerait de fermer ses robinets au secteur bancaire grec. La campagne de pressions sur le peuple grec va battre son plein jusqu’au 25 janvier et les gouvernements, de droite ou sociaux-libéraux, vont agiter frénétiquement toutes les manettes et brandir les épouvantails pour barrer la route du pouvoir à la gauche radicale grecque, donnée en tête des sondages. Cette dernière propose d’annuler les accords conclus avec la “troïka” (UEBCE- FMI) et en vertu desquels, en échange d’un rééchelonnement de la dette, ont été imposées les politiques d’austérité. Le programme de Syriza, adopté en septembre dernier, prévoit la nationalisation des banques, de créer des emplois dans le secteur public, d’augmenter les salaires et les pensions et le seul remboursement d’une partie de la dette, considérée comme “légitime”. De quoi, on le comprend, chauffer à blanc milieux financiers et oligarchies de tous pays.

LES CHIFFRES D’UN DÉSASTRE
La purge imposée à la Grèce par la “troïka” a eu des effets comparables à ceux d’un pays « qui vient de sortir d’une guerre destructrice ou d’un grand krach économique ». Un tsunami austéritaire qui a vu le PIB baisser de 25% entre 2009 et 2013, le chômage augmenter de 190,5% (9,5% en 2009 - 27,6% en 2014), le pouvoir d’achat des ménages baisser de 25%, leurs revenus de 30%, les pensions de 45%, une perte de salaire de 38%. En corollaire, le taux de pauvreté en 2012 était de 32,3%, la mortalité infantile a progressé de 42,8%, passant de 6,3 pour mille en 2003 à 9 pour mille en 2011, et le taux de suicides de 44% entre 2007 et 2011. Tout cette souffrance pour arriver à quoi ? Une nouvelle fois les chiffres sont éloquents. La dette publique est passée de 235,37 milliards d’€ en mars 2007 à 321,48 milliards d’€ au 31 décembre 2013, soit une hausse de 36,5%. Entre 2010 et 2013, 30% des entreprises ont fermé. 988 000 personnes ont perdu leurs emplois entre 2008 et 2013 et l’activité du bâtiment dans la même période a baissé de 84,3%. Face à un tel désastre, à une telle faillite, oui, il faut faire table rase et reconstruire. « Avec la volonté du peuple, dans quelques jours, les plans d’austérité appartiendront au passé, l’avenir peut commencer », a déclaré Alexis Tsipras. Cette nouvelle année verra peutêtre l’étoile de l’espoir être rallumée dans le firmament d’Athènes.


“Avec la volonté du peuple, dans quelques jours [...] l’avenir peut commencer” - A. Tsipras


 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1319

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|