“Les marchés financiers n’ont que faire de la couleur politique des dirigeants des pays : ce qui compte, à leurs yeux, c’est le respect du programme économique.” Sous-commandant Marcos

L'Humeur
  • Au panthéon
  • 27 février 2014,
    par Malicette
  • On choisit avec discernement les grands hommes et femmes à panthéoniser. on les choisit parfois pour servir son camp ou son clan, le plus souvent tout de même pour illustrer une « certaine idée de la France. » Dans cette « certaine idée », n’y ont (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Février > N1275 > Au panthéon

Au panthéon

jeudi 27 février 2014 , 152 : visites , par Malicette

On choisit avec discernement les grands hommes et femmes à panthéoniser. on les choisit parfois pour servir son camp ou son clan, le plus souvent tout de même pour illustrer une « certaine idée de la France. »
Dans cette « certaine idée », n’y ont pas encore trouvé place des héros populaires qui ont donné leurs lettres de noblesse aux combats pour les grandes lois sociales de la libération.
Jean Zay, Pierre brossolette, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, sont quatre véritables figures héroïques de la résistance. On va les glisser à côté de Jean Moulin qui fut le grand rassembleur de toutes les forces de la résistance, la personnalité unificatrice de toutes les sensibilités de cette France vertueuse. avec ces quatre sensibilités, c’est ajouter peut-être un déséquilibre sinon un débat. dans cette France qui a perdu ses repères, qui est « déshistoricisée et américanisée » dit régis Debray, il y avait selon moi, une nécessité d’honorer des hommes et des femmes qui soient des références aux combats menés par le peuple des usines et des champs.
Dans ce peuple, il y a tous ces travailleurs devenus syndicalistes, députés ou ministres, tels le métallo ambroise Croizat, la reporter- photographe Marie-Claude Vaillant-Couturier, l’apprenti boulanger Pierre Georges devenu le Colonel Fabien, la bonnetière Martha desrumeaux qui joua son rôle de syndicaliste dans « La vie est à nous » de Jean renoir. et je n’oublie pas le menuisierpoète Missak Manouchian qui tomba avec ses 22 frères de l’affiche rouge. Parmi eux, les mécanos elek et Wajsbrot étaient venus à Troyes faire dérailler un convoi allemand. Pas un seul ouvrier encore au Panthéon.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1275

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|