“La liberté ce n’est pas l’espoir de l’avenir. C’est le présent et l’accord avec les êtres et le monde dans le présent.” Albert Camus

L'Humeur
  • Vie et mort des limaces
  • 23 janvier 2014
  • Jusqu’à la rédaction de ce billet, je faisais partie des 98 % de Français n’ayant pas consigné par écrit et placé en lieu sûr ma volonté que ma vie ne soit pas prolongée au-delà de ce qu’est une vie humaine. et je suis indigné à l’idée qu’une poignée de (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Janvier > N1270 > Voeux de la fédération du PCF et de La Dépêche de l’Aube “Ne pas céder un pouce (...)

Voeux de la fédération du PCF et de La Dépêche de l’Aube “Ne pas céder un pouce à la loi du fric”

jeudi 23 janvier 2014 , 153 : visites , par LDA

Pour le PCF, 2014 sera une année de remobilisation où nous engagerons le débat pour construire une alternative politique de gauche, avec la volonté de battre la droite aux municipales et aux européennes.

Et bien non. Non, la ritournelle de la casse et des sacrifices pour une hypothétique sortie de crise à la semaine des quatre jeudis, n’a pas été entonnée lors des voeux de la fédération communiste de l’Aube et de son hebdomadaire, La Dépêche. Petit bémol : il aurait fallu pousser un peu les murs, tant on s’y coudoyait, exercice parfois non sans périls avec, en mains, le verre de l’amitié et les petits fours.

L’ANNÉE DES RENONCEMENTS
« L’année 2013 aura été pour le gouvernement celle de tous les renoncements. Et cela avec quels résultats ? », s’interroge le responsable communiste Aubois, Jean-Pierre Cornevin, qui a évoqué le saccage des emplois industriels (plus 1 000 plans de licenciements), et le dernier en date, avec la décision de fermeture de l’usine RPC de Saint- Thibault qui touche 96 salariés de notre département. Un tel gâchis aurait-il pu se produire si la loi des députés PCF et du Front de gauche pour empêcher les licenciements boursiers avait été votée ? Mais c’est l’ANI qui est passé, « un accord de la honte qui dynamite le Code du travail au grand bénéfice des patrons [...]. S’il me fallait résumer la posture de ce gouvernement, je dirais qu’il n’est plus dans une adaptation au capitalisme [...] mais dans la mise en oeuvre d’une politique pour le capitalisme mondialisé ». Mais, face aux mauvais coups et aux promesses non tenues avec leurs conséquences sociales, économiques et politiques terribles, 2014 doit être l’année de la remobilisation de ceux qui font le choix de l’Humain d’abord plutôt que du chacun pour soi. D’abord pour faire annuler la hausse de la TVA, pour une profonde réforme de la fiscalité rendant l’impôt plus juste, mais aussi avec la grande campagne du PCF sur le coût du capital ; remobiliser en proposant de « travailler avec nous à une politique de gauche [à] toutes celles et ceux qui ont pris conscience du fiasco, ou dont les doutes s’amplifient chaque jour ».

FRATERNITÉ ET CONVIVIALITÉ évoquant les municipales, Jean- Pierre Cornevin, estime que, pour gagner, la gauche doit être rassemblée. Le PCF n’offrira aucune victoire à la droite, mais l’union, a-t-il précisé, « doit reposer sur des objectifs clairs, sur une action déterminée de tous pour une politique alternative à l’austérité [...] car rien ne serait pire que de se retrouver au plan local dans la même situation qu’au plan national ». Rappelant que, dans l’Aube, « nous entretenons avec nos camarades des autres organisations du Front de gauche des rapports fraternels », il a annoncé qu’aux élections européennes, le travail engagé avait déjà abouti sur une tête de liste du Front de gauche pour le Grand Est issue d’une composante autre que le Parti communiste. Jean Lefèvre, directeur de notre hebdomadaire, a appelé à « être davantage militant des idées », rappelant que, depuis sa création en 1920, notre journal a été - et reste - « un journal de luttes [...] pour mettre la vérité en marche ». Il a réitéré l’appel aux abonnements et au soutien financier ; une aide précieuse et un encouragement aux militants qui contribuent à sa réalisation et à sa distribution. Mireille Brouillet, qui représentait le Parti de gauche, David Morin, secrétaire départemental de la CGT, ainsi que d’autres responsables associatifs ou culturels étaient présents à cette initiative placée sous les auspices de la convivialité et de la fraternité.


« L’impuissance face à la finance est un choix. Elle n’est en rien une fatalité. »


 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1270

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|