“La liberté ce n’est pas l’espoir de l’avenir. C’est le présent et l’accord avec les êtres et le monde dans le présent.” Albert Camus

L'Humeur
  • Un homme est mort
  • 19 septembre 2013,
    par Guy Cure
  • En 2009 paraissait un de ses derniers ouvrages : Le compte à rebours a-t-il commencé ? En couverture, une photo d’Albert Jacquard, en gris et blanc, regard tourné vers la lumière, et cette question angoissante qui en était le titre. Il était clair que (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Effets secondaires
  • 19 septembre 2013,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Roche (Hoffman-La roche) change de pilote. Le patron de la compagnie aérienne allemande Lufthansa va s’installer dans le cockpit du géant (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Septembre > N1252 > Fête de l’Humanité : Opération “vérité sur le coût du capital”

Fête de l’Humanité : Opération “vérité sur le coût du capital”

jeudi 19 septembre 2013 , 224 : visites

La fête de l’Humanité a toujours été le point de convergence des salariés et des peuples en lutte ; convergence internationale où l’on parle un même langage : celui du rassemblement sur des valeurs de justice sociale et de progrès.
Ya basta ! ça suffit ! Le Parti communiste a proposé à ses partenaires du Front de gauche le lancement d’une campagne argumentée et de grande ampleur sur le coût du capital. Le secrétaire national, Pierre Laurent, y est revenu au fil de ses interventions pendant les trois jours de la fête.
Face au lavage de cerveaux médiatique, où le patronat tient la baguette pour faire chanter à des « experts » issus du même moule l’air du « coût du travail est-il trop élevé... ou juste trop élevé », deux chiffres, donnés par Pierre Laurent lors du discours de clôture, parlent d’eux-mêmes :
• 309 milliards d’euros : c’est le montant en 2012 des frais financiers et des dividendes versés aux actionnaires.
• 143 milliards d’euros ont été versés en cotisations sociales. Le capital et sa rentabilisation a donc coûté plus du double des prélèvements sociaux.
On nous serine qu’il n’y aurait plus d’argent... sauf pour éponger des dettes ; que salariés, chômeurs, ménages, collectivités locales, etc., doivent faire des « efforts », pendant que les multinationales, les banques... et le gouvernement qui y voit « des signes », jubilent sur les profits réalisés. Il est temps que l’opinion publique sache la vérité, ce à quoi va s’employer le Front de gauche.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1252

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|