“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • Lettre à un ami
  • 9 août 2012,
    par Guy Cure
  • Mon cher Michel, Tu es abonné à la Dépêche, mais c’est sans doute par internet que tu liras ce petit mot, à toi seul destiné. Tu déplores depuis quelques semaines que le journal soit illisible quand tu le sors de ta boite aux lettres (tout à fait (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Qu’on se le dise !
  • 9 août 2012,
    par LDA
  • Notre bien nommée Malicette a glissé la semaine dernière un “canard” (fausse nouvelle en termes journalistiques) dans son billet d’humeur. elle eut, à (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • IL SAIT TOUT FAIRE !
  • jeudi 9 août 2012
  • Il a fai t le porte-parole du gouvernement, puis le ministre de l’Outre-Mer, de l’intérieur, du budget, de l’économie, des finances, de l’industrie. (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2012 > 08 Août > N1194 > Le comice mondial du néolibéralisme

Le comice mondial du néolibéralisme

Jeux olympiques

jeudi 9 août 2012 , 174 : visites , par Rémi

L’esprit et le message universel de l’olympisme ont totalement disparu des jeux actuels. Le sport et les sportifs de haut niveau sont devenus une marchandise : les esclaves du roi Argent.

C’est un cirque médiatico-économique dans l’arène duquel s’affrontent des automates à records. En coulisse, jubilent les actionnaires qui évaluent le retour sur investissement en fonction du métal de la médaille obtenue. C’est le comice mondial des marques et des sponsors. Panem et circenses, du pain et des jeux, ironisait déjà au 1er siècle de notre ère le poète latin Juvénal. Vingt siècles ont passé, ce ne sont même plus des jeux, c’est un tripot sordide où le centième de seconde grapillé rapporte des milliards, où un lancer de poids trop court peut faire dévisser le cours d’une action à la City ou à Wall Street.
La Grande-Bretagne a été le berceau du capitalisme sur lequel s’est plus tard penchée la mauvaise fée Thatcher qui, dans les années 1980-90, en fit le laboratoire d’expérimentation des systèmes néolibéraux des von Hayek, Popper, Friedman et autres membres de la très discrète mais très influente Société du Mont-Pèlerin. C’est au nom de leurs dogmes que les peuples suent sang et eau, que la planète est pillée de ses ressources ; des ressources comme l’eau ou les terres dites rares qui sont accaparées, vendues et utilisées sur l’échiquier politique international. C’est la machinerie cachée du théâtre olympique. L’esprit dévoyé de ces jeux est un indicateur de l’état de nos sociétés. à l’époque de la globalisation de la compétitivité, les enjeux outrepassent les résultats des compétitions, la concurrence sur les stades est l’image exacerbée de celle qui agit à tous les niveaux dans notre vie sociale, professionnelle, personnelle même. On exhibe des compétiteurs couverts de lauriers et de gains à l’aune du succès. Le message est évident : faites donc comme eux. Mais dans le même temps, outre Manche, les soins à domicile, les repas du midi pour les personnes âgées sont supprimés, on taille dans le vif des dépenses sociales, notamment celles destinées au logement, l’école est touchée par des restrictions en cascade. Le gouvernement a trouvé 30 milliards d’€ pour organiser ses jeux !

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1194

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|