“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • ça secoue !
  • 12 juillet 2012,
    par Guy Cure
  • Il est des villages qui n’aiment pas les voitures. On peut supposer que leurs élus ne se déplacent qu’en train, en péniche ou en avion. Alors, pour inciter les quidams des alentours à les imiter, ils multiplient les ralentisseurs dans la traversée de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Grands écarts
  • 12 juillet 2012,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • L’été, à la différence de Lulu et Jeannette qui se font dorer la couenne en tongs et strings, tapent le carton et s’empiffrent de frites grasses, les (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • Mauvais Conseil
  • jeudi 12 juillet 2012
  • Mardi dernier, le Conseil d’état a annulé, « pour ne pas fausser les règles de la concurrence », le gel des tarifs du gaz pour les particuliers décrété (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2012 > 07 Juillet > N1190 > Grands écarts

Grands écarts

jeudi 12 juillet 2012 , 149 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

L’été, à la différence de Lulu et Jeannette qui se font dorer la couenne en tongs et strings, tapent le carton et s’empiffrent de frites grasses, les hommes politiques lisent. Les journalistes les questionnent sur leurs lectures estivales ; un obscur sousconseiller adjoint en com’ répond et voilà une info aux petits oignons pour le quidam.
L’homme politique écrit aussi. En période pré-électorale, très régulièrement, un rut graphomaniaque s’empare de l’homo politicus. Enflammé par une présidence ou un siège, il a la plume cajoleuse, le verbe qui soulève des montagnes et décroche mille et une lunes.
Copé en 2006 écrivait « Promis, j’arrête la langue de bois ». Il fut la langue de vipère de sarkozy. Les péripéties de l’élection du futur président de l’UMP (un “conflit larvé” pour le Figaro), publiées sur le mode feuilletonnant, offrent un florilège de langue de bois par celui qui, il y a six ans, avait pourtant promis de l’arrêter.
L’année dernière, peu avant le tournoi des primaires socialistes, le chevalier Montebourg, casaque et toque rouges, publiait « Votez pour la démondialisation ». On peut y lire : « L’erreur fatale, c’est qu’à la place des états souverains, on a installé des entreprises capables d’être plus fortes qu’eux, de les faire chanter et d’obtenir ce qu’elles veulent pour ellesmêmes et ceux qui les possèdent, au détriment des peuples ». Bien ! « Ce projet que nous pouvons construire [...] vise à rendre la République française et l’Union européenne plus fortes que la mondialisation ». Excellent !
L’Hercule qui allait trancher les têtes de l’Hydre de la mondialisation et nettoyer les écuries d’Augias du capitalisme est aujourd’hui ministre. On espérait le Comité de salut Public, Arnaud Montebourg nomme des médiateurs qui seront les médiator de l’emploi. Des grands écarts à ce point, faut oser !

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1190

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|