“La liberté ce n’est pas l’espoir de l’avenir. C’est le présent et l’accord avec les êtres et le monde dans le présent.” Albert Camus

L'Humeur
  • génétique de classe
  • 10 novembre 2011,
    par Jean Lefevre
  • Qu’est-ce qu’on a pu se battre contre les idées toutes faites, les idées fausses, les idées nulles. Par exemple, il a fallu démontrer pourquoi les enfants des pauvres réussissaient moins bien à l’école. Parce qu’ils étaient pauvres, disionsnous. on (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • à gauche... toute !
  • 10 novembre 2011
  • C’était un matin de novembre 2011, Celles et ceux qui se trouvaient devant leur télé ou à l’écoute de leur radio, ce jour-là, n’en sont pas encore (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2011 > Novembre > N1155 > à gauche... toute !

à gauche... toute !

jeudi 10 novembre 2011 , 143 : visites

C’était un matin de novembre 2011, Celles et ceux qui se trouvaient devant leur télé ou à l’écoute de leur radio, ce jour-là, n’en sont pas encore revenus, était-ce la fin du monde ? ou plutôt la fin d’un monde ?

L’ambiance qui régnait sur les ondes, à ce moment, pouvait, effectivement, faire craindre le pire, les bourses européennes craquaient, les commentaires affolés accompagnaient les cris d’orfraies poussés par le couple sarko- Merkel et consorts. Quelle énorme catastrophe, quel cataclysme universel, pouvait bien justifier un tel remue-ménage, voire un tel branle-bas de combat, quel évènement apocalyptique était brusquement tombé sur le pauvre monde ?

ouf ! ça n’était qu’un certain Georges Papandreou qui, face au refus de son peuple d’être saigné à blanc pour le profit des marchés financiers, envisageait seulement la tenue d’un référendum ( qui s’est révélé, depuis, n’être en réalité qu’un simple coup de bluff). Mais cela valait-il cette brusque levée de boucliers ? demander l’avis des victimes désignées, vous n’y pensez pas ! où va-t-on si on a plus le droit de voler les peuples impunément sans leur demander leur avis ? voici la version non dite des cris d’orfraies proférés par tous les soutiens de la dictature du capitalisme financier qui n’a d’autres objectifs que de faire supporter, à tous les peuples, les dégâts dont il est l’auteur et le bénéficiaire. Le peuple Grec en est aujourd’hui l’une des premières victimes, les suivantes sont déjà désignées pour que nous ne soyons pas l’une de celles-ci, faisons en sorte que 2012 voit l’avènement d’une gauche véritablement... de GAUCHE. Que les lecteurs de la dépêche m’en excusent mais je n’ai pas trouvé de meilleure conclusion que celle figurant sur le programme du Front de Gauche dont je recommande vivement la lecture : « La meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples », cette vieille formule de Machiavel n’a rien perdu de son actualité. Pour secouer la tyrannie des marchés, il suffit donc que le peuple se mette en mouvement. Cela commence par chacun de nous.

ROBERT TRICHÉ

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1155

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|